Génocide: perpétuité confirmée contre le bras droit du général Mladic

Le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie a confirmé mercredi en appel la peine de prison à perpétuité contre le général serbe de Bosnie Zdravko Tolimir.

08 avr. 2015, 17:43
Le procès de l'ancien chef militaire des Serbes de Bosnie Ratko Mladic reprendra lundi, a annoncé vendredi le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY). Il avait été suspendu jeudi en raison de l'hospitalisation de l'accusé à la suite d'un malaise qui avait tiré momentanément sa révérence.

Le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) a confirmé mercredi en appel la peine de prison à perpétuité contre le général serbe de Bosnie Zdravko Tolimir. Il était le bras droit de Ratko Mladic durant le massacre de Srebrenica et a été reconnu coupable de génocide.

"La chambre d'appel (...) confirme la condamnation de Tolimir à la prison à perpétuité", a déclaré le juge président Theodor Meron lors d'une audience publique à La Haye, où siège le TPIY.

Le crâne dégarni, visage émacié, l'accusé, 66 ans, portait une croix en bois autour du cou et a réalisé de nombreux signes de croix lorsque le juge Meron lui a demandé de se lever pour entendre le jugement.

En tant que chef du renseignement et de la sécurité au sein des forces militaires des Serbes de Bosnie (VRS), Zdravko Tolimir était considéré comme le bras droit du chef militaire des Serbes de Bosnie, Ratko Mladic.

Il a été principalement condamné pour son rôle dans le massacre de Srebrenica en juillet 1995, peu de temps avant la fin de la guerre de Bosnie (1992-1995). Près de 8000 hommes et garçons musulmans avaient été tués par la VRS dans cette enclave de l'est de la Bosnie.

"Intention génocidaire"

"La chambre d'appel (...) estime que la chambre de première instance n'a pas commis d'erreur en jugeant que l'accusé avait une intention génocidaire", a souligné le juge Meron. Zdravko Tolimir avait été condamné le 12 décembre 2012 à la perpétuité pour génocide ainsi que pour des crimes contre l'humanité et des crimes de guerre, dont le meurtre, l'extermination et la persécution.

Selon les juges, il faisait partie d'une "entreprise criminelle commune" dont le but était de faire de Srebrenica une zone serbe ethniquement pure.

Le TPIY a inculpé en tout 20 accusés pour le massacre de Srebrenica, dont le général Mladic, 73 ans, et le chef politique des Serbes de Bosnie Radovan Karadzic, 69 ans, actuellement jugés à La Haye.