Fusillade d'Oak Creek: le tireur est mort après s'être tiré dessus

L'auteur de la fusillade dimanche dans un temple sikh d'Oak Creek, est mort après s'être tiré dessus selon le FBI.

08 août 2012, 18:40
149612795

L'auteur de la fusillade survenue dimanche dans un temple sikh d'Oak Creek, dans le Wisconsin (nord), est décédé des blessures qu'il s'était infligé, a annoncé mercredi le FBI. L'ancien militaire âgé de 40 ans s'était tiré une balle dans la tête.

Wade Michael Page a été stoppé par un officier de police qui lui a tiré dessus au niveau de l'estomac, mais "à la suite de cette blessure, il apparaît que Page est mort en se tirant lui-même une balle dans la tête", a précisé l'agente spéciale Teresa Carlson chargée de l'enquête.

Les enquêteurs de la police fédérale américaine (FBI) n'ont pas encore clairement établi quelles étaient les motivations du tueur, qui était proche des milieux néonazis. Mais ils n'ont identifié personne d'autre que M. Page à l'origine de la fusillade, a ajouté Mme Carlson.

Celle-ci a également indiqué qu'une ancienne petite amie de Wade Michael Page, Misty Cook, avait été arrêtée dimanche à son domicile pour détention illégale d'armes à feu mais que cela n'était pas lié à l'enquête de la tuerie d'Oak Creek.

Intolérance dénoncée

La tuerie a fait six morts parmi les fidèles du temple. L'association Sikh Coalition basée à New York a appelé à une veillée mercredi soir dans tout le pays en mémoire des victimes.

Selon les membres de cette communauté, "beaucoup d'ignorance" nourrit la haine contre les sikhs aux Etats-Unis, qui sont souvent confondus avec des musulmans radicaux à la seule vue de leur barbe et de leur turban.

Bien qu'issus d'une culture différente, les sikhs disent subir la même intolérance que les musulmans américains, notamment depuis les attentats du 11 Septembre 2001 et la guerre en Afghanistan contre les talibans, qui portent eux aussi un turban.

"Les gens ne comprennent pas qui nous sommes. Ils pensent que nous sommes musulmans ou talibans. Nous ne sommes ni l'un ni l'autre", rappelle Balwinder Sidhu, 57 ans, chauffeur de taxi à la retraite. "Cela tient beaucoup à l'ignorance. Les gens pensent que comme on a des turbans on doit être islamiste", ajoute sa fille.

Tradition d'accueil

Singhara Singh, un autre chauffeur de taxi, se souvient que les sikhs avaient déjà été pris pour cible en 1979, lors de la prise d'otages américains en Iran, un pays où les religieux portent également barbe et turban. "Les gens entraient dans le taxi et en ressortaient" quand ils voyaient le conducteur, témoigne-t-il.

Les sikhs aux Etats-Unis sont ainsi associés aux conflits du Proche-Orient alors que leur religion vient de la région du Pendjab, dans le nord de l'Inde. Ils ont certes une longue tradition guerrière, mais leurs temples sont des lieux très accessibles conforme à une tradition d'accueil ancestrale. Ce dont a pu profiter le tueur du Wisconsin.