Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

François Hollande et Manuel Valls s'entourent de fidèles

Le gouvernement consacre l'arrivée d'Emmanuel Macron à l'Economie et la promotion de Najat Vallaud-Belkacem à l'Education.

27 août 2014, 00:01
data_art_8334348.jpg

Il n'y a aucune surprise dans le nouveau gouvernement français. Il incarne la ligne voulue par le président François Hollande et le premier ministre Manuel Valls. L'aile gauche du Parti socialiste est écartée. Les écologistes n'y reviennent pas. L'ouverture n'est pas de mise.

Doit-on déjà en déduire qu'il n'obtiendra pas la confiance de sa majorité au Parlement? Ce serait aller bien vite en besogne. Les "frondeurs" n'ont qu'une alternative. Soit ils défient l'exécutif, soit ils serrent les dents. Pour la plupart, à moins d'un retournement rapide de la situation économique et du chômage, la perspective reste la même: une non-réélection.

Dans ce contexte, il est peu probable qu'ils choisissent le hara-kiri. La dissolution de l'Assemblée nationale, prérogative du président, en serait la probable conséquence. On voit mal les socialistes céder volontairement les clés du pouvoir. A l'UMP en premier lieu. Celle-ci, en ruine, n'en veut d'ailleurs pas encore. Elle se...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias