France: nouveau procès du tueur en série Francis Heaulme

Le procès du tueur en série Francis Heaulme, accusé du double meurtre de deux enfants en 1986 dans l'est de la France, s'est ouvert lundi. L'homme a déjà été reconnu coupable de neuf meurtres.
07 août 2015, 13:33
Francis Heaulme comparaît pour des meurtres commis il y a plus de 27 ans.

Francis Heaulme a pris place lundi dans le box des accusés, vieilli, cheveux blancs, lunettes sombres, en veste de jogging noire avec rayures blanches.

D'ici au 23 avril, près de 80 témoins sont convoqués à la barre, pour tenter d'extraire une vérité judiciaire d'un dossier vieux de plus de 27 ans, et dont les scellés ont été détruits ou perdus depuis belle lurette.

Alexandre Beckrich et Cyril Beining, 8 ans, avaient été massacrés à coups de pierre le 28 septembre 1986 au bord d'une voie ferrée.

Innocent condamné

Les enquêteurs avaient rapidement cru avoir trouvé le coupable dont ils ont pu arracher des aveux: un homme, Patrick Dils sera condamné deux fois pour ce double meurtre, à la perpétuité en 1989, puis à 25 ans de réclusion en 2001, avant d'être définitivement acquitté en 2002, après 15 ans passés en prison.

Il avait bénéficié d'une rarissime procédure de révision de son procès, et son cas avait profondément ému la France.

C'est la présence avérée du tueur en série Francis Heaulme, surnommé le "routard du crime", à proximité des lieux du double meurtre qui a finalement bouleversé les cartes du dossier et conduit à ce nouveau procès.

Changement d'avocat

Francis Heaulme a changé d'avocat juste avant l'ouverture de son procès, a annoncé lundi l'avocat révoqué, Me Pierre Gonzalez de Gaspard. "Il y a un changement d'avocat au dernier moment. Francis Heaulme est influençable", a déclaré le magistrat, très ému, peu avant l'ouverture du procès.

C'est Me Liliane Glock, qui avait déjà défendu Francis Heaulme par le passé, qui remplace Me Gonzalez de Gaspard, a précisé ce dernier aux médias rassemblés dans la cour du palais de justice de Metz.

Heaulme a admis avoir été présent sur les lieux du crime le jour des faits, mais a toujours nié avoir tué les deux enfants. Le verdict est attendu le 23 avril.