Foule à l'occasion du lancement de l'Apple Watch

Pas d'émeutes pour la découverte de l'Apple Watch, officiellement visible dans les Apple Stores à Paris, Hong-Kong et Tokyo mais beaucoup de visiteurs ont pris commande.

10 avr. 2015, 13:55
L'Apple Watch montrée aux consommateurs.

Les technophiles ont pu découvrir vendredi dans une poignée de pays, dont la France et le Japon, l'Apple Watch, à l'occasion de l'ouverture des précommandes. La commercialisation de la montre connectée du géant américain est attendue dans deux semaines.

A Paris, le spectacle dans l'Apple Store situé près de la place de l'Opéra était loin des quasi scènes d'émeute observées lors de lancements précédents de produits phares de la firme de Cupertino. En milieu de matinée, on y trouvait quasiment autant de journalistes que de curieux et de clients potentiels. La soixantaine de démonstrateurs n'étaient pas tous affairés.

Le capteur d'activités séduit

Laurent, un développeur informatique de 27 ans, hésitait entre le bracelet sport noir ou blanc. Il se prenait en photo avec son smartphone "pour pouvoir décider plus tard". Avant de se tourner vers le bracelet en "maille milanaise", "qui s'adapte mieux au poignet et offre une sensation différente".

Séduit par le capteur d'activités et la fonction d'écoute musicale de l'Apple Watch, il n'exclut pas d'acheter également dans quelques mois la montre connectée du Chinois Huawei. Le nouvel instrument a été dévoilé à Barcelone au début du mois de mars.

Debbie, une étudiante irlandaise de 22 ans, qui se décrit comme "une grosse tête en l'air", se dit, elle, attirée en priorité par la fonction calendrier de l'objet. "De telle manière, je n'oublierai plus mes rendez-vous... A moins que je n'oublie ma montre!", souligne-t-elle.

Foule au Japon


Changement d'ambiance à Tokyo, dans le quartier d'Omotesando, où des dizaines de clients ont patienté plusieurs heures dans le froid devant la boutique de l'enseigne pour être les premiers à toucher le nouvel objet. Ils ont ensuite été conduits un par un à l'intérieur pour une "séance d'essayage", selon l'expression de la marque à la pomme.

"J'ai vraiment hâte de l'acheter", confiait Kazuki Miura, un journaliste high-tech indépendant de 43 ans. Il arborait fièrement la montre au poignet. Apple a commencé à enregistrer les réservations dès l'ouverture du magasin à 10h00 heure locale, avec quelques heures d'avance sur le lancement mondial via internet, intervenu à 07h01.

Des millions d'objets connectés

L'Apple Watch permettra à son propriétaire d'écouter de la musique, de recevoir des messages et de passer des coups de téléphone. L'utilisateur pourra aussi commander un taxi ou encore envoyer en temps réel son battement cardiaque à une autre personne.

Ce dernier-né des produits d'Apple pourrait contribuer à l'essor des montres intelligentes, et plus largement des accessoires vestimentaires électroniques ("wearables"), prédisent les analystes. Plus de 45 millions de montres, bracelets, lunettes et autres produits connectés devraient s'écouler cette année dans le monde. Cela représente plus du double qu'en 2014, selon le cabinet de recherche IDC.