Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Fin du blocus israélien

En rétablissant hier le trafic maritime, Israël a levé intégralement un blocus de huit semaines. L'armée israélienne devrait avoir quitté le sud du pays d'ici au 22 septembre L'Etat hébreu a achevé hier de lever un blocus de huit semaines contre le Liban. Il a accepté de desserrer son étreinte après le déploiement d'une force navale internationale temporaire chargée d'empêcher les livraisons d'armes au Hezbollah.

09 sept. 2006, 12:00

Des bâtiments français, italiens et grecs ont commencé à patrouiller au large du Liban, en attendant le déploiement, d'ici deux ou trois semaines, d'une flotte allemande qui prendra en charge la composante maritime de la Force intérimaire des Nations unies (Finul).

Jeudi soir, Israël avait déjà levé son blocus aérien mais avait prolongé le blocus maritime en raison de difficultés juridiques de définition de la mission de la force navale temporaire.

Coordination avec Israël

«La force navale de l'ONU dirigée par l'Italie a pris la responsabilité du secteur en coordination totale avec l'armée israélienne. Elle fera appliquer l'embargo sur les armes destinées au Hezbollah», a précisé la porte-parole du premier ministre israélien Ehoud Olmert, Miri Eisin.

Cet embargo est prévu par la résolution 1701 du Conseil de sécurité de l'ONU, qui a mis fin le 14 août à un conflit dévastateur de plus d'un mois entre Israël et la milice chiite. La force navale temporaire n'aura pas la possibilité de s'opposer «de vive force» au passage d'un navire, a toutefois précisé le ministère français de la Défense. Malgré les assurances reçues sur l'exercice d'un contrôle international dans les ports et aéroports libanais, Israël a dit maintenir son «droit à l'autodéfense». L'Etat hébreu a notamment prevenu qu'il veillerait à l'application de l'embargo sur les armes à la frontière syro-libanaise.

La levée du blocus facilitera un retour à la normale au Liban dévasté par 34 jours d'affrontements. Environ 60.000 conteneurs attendent de pouvoir entrer dans le pays, selon le Programme alimentaire mondial.

Retrait d'ici au 22 septembre

Parallèlement, l'armée israélienne devrait se retirer totalement du Liban-Sud d'ici le 22 septembre, à la faveur du déploiement de la Finul, a indiqué Tel Aviv. Des soldats de l'armée libanaise se sont également installés dans le secteur pour la première fois depuis des décennies. Ils ont pénétré hier à Yarin, à moins de 2 km de la frontière libano- israélienne.

D'ici à la mi-septembre, quelque 5000 hommes supplémentaires de la Finul renforcée seront sur place, selon l'ONU. La Finul renforcée doit compter à terme 15.000 hommes contre 2000 avant le dernier conflit. Côté diplomatique, le ministre israélien de la Défense Amir Peretz a reçu le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier. Il a estimé que Berlin pouvait jouer un «rôle important» en faveur d'un échange de prisonniers permettant la libération des deux soldats israéliens capturés par le Hezbollah.

La remise en liberté des deux militaires est un des points de la résolution 1701 qui n'a pas encore été appliqué. /ats-afp-reuters

Votre publicité ici avec IMPACT_medias