Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Expiration d'un ultimatum

A Misrata, l'inquiétude des habitants augmente.

04 mai 2011, 10:35

A Misrata, l'accès au port préoccupait hier les habitants qui risquent d'être privés de tout ravitaillement. Un ultimatum, lancé par le régime libyen aux rebelles pour qu'ils se rendent, arrivait à expiration.

Dans les rues, l'ambiance est lourde. «Je ne suis pas inquiet. Kadhafi ne fera rien, il ment comme d'habitude. Inchallah, il ne fera rien», veut croire Abd Albari, 20 ans. Vendredi, le régime libyen avait offert une amnistie aux rebelles de cette ville clé s'ils cessaient les combats et précisé que cette proposition tenait jusqu'à hier.

Abd Albari est en revanche «très inquiet» concernant le port. «S'il est bloqué, les bateaux qui nous aident ne viendront plus et nous aurons de très gros problèmes.» Mouammar Kadhafi avait menacé de frapper les navires entrant dans le port et avait effectivement lâché trois mines dans les eaux au large de Misrata. L'Otan a indiqué n'avoir détruit pour l'instant que deux de ces trois mines.

Le port est essentiel pour l'approvisionnement de la cité d'un demi-million d'habitants sous perfusion humanitaire. Le pain est de plus en plus rare, comme la viande d'ailleurs, les fruits et légumes frais quasi inexistants. Les fermes approvisionnant la ville sont soit au milieu du champ de bataille, soit sous le contrôle des pro-Kadhafi.

L'Otan a toutefois annoncé hier que le port restait accessible, mais a noté qu'il était toujours bombardé par les loyalistes. / ats-afp-reuters

Votre publicité ici avec IMPACT_medias