Etat islamique: des grévistes de la faim lancent un appel à l'ONU et à la Suisse

Cinq représentants kurdes sont installés depuis dimanche sous une tente sur la place des Nations, devant le siège de l'ONU à Genève. Ils lancent un appel à l'ONU et à la Suisse pour qu'ils empêchent "un génocide" dans le nord de la Syrie.

25 sept. 2014, 16:14
Les grévistes de la faim veulent rester devant l'ONU jusqu'à dimanche.

Des grévistes de la faim pro-kurdes ont lancé jeudi un appel à l'ONU et à la Suisse pour qu'ils empêchent "un génocide" dans le nord de la Syrie. Ils demandent qu'il soit mis fin au massacre du peuple kurde dont l'existence est menacée par l'Etat islamique (EI).

"Près de 300'000 personnes sont encerclées à Kobané. Une attaque de l'EI est possible à tout moment", avertit Kemal Aktas, député kurde indépendant de Van (Turquie). En contact avec des militants kurdes sur place, il affirme que les forces de l'EI se rapprochent de plus en plus de la ville.

Cinq représentants kurdes sont installés depuis dimanche sous une tente sur la place des Nations, devant le siège de l'ONU à Genève. Ils sont revêtus d'un T-shirt blanc sur lequel est écrit: "Grève de la faim contre le massacre de l'EI à Kobané".

La ville frontalière d'Aïn al-Arab (Kobané en kurde) est assiégée par le groupe jihadiste. Plus de 144'000 personnes (selon le HCR), sur 500'000 habitants de la région, ont fui en Turquie l'offensive de l'EI, appuyée, selon les militants kurdes, par des chars et des pièces d'artillerie lourde.

"Malgré les frappes américaines, la menace de l'EI sur Kobané n'est pas levée", a affirmé à l'ats Kemal Aktas. Il regrette que les Etats-Unis n'aient jusqu'ici pas bombardé les forces de l'EI massées autour de Kobané.

Berne doit augmenter son aide

Deux des cinq grévistes se sont rendus jeudi à Berne pour y rencontrer des parlementaires suisses. Ils demandent à la Suisse d'augmenter son aide humanitaire et de reconnaître le statut d'autonomie du Kurdistan syrien (le Rojava).

"Des dizaines de milliers de déplacés venus de Sinjar, en Irak, et de Kobané ont besoin de toute urgence d'aide humanitaire. L'hiver arrive, il faut les loger et les nourrir", explique Sebahat Tuncel, députée d'Istanbul représentant le Parti démocratique du peuple (HDP) pro-kurde.

Elle affirme qu'il est du devoir de tous les membres de l'ONU de mettre un terme aux atrocités perpétrées par l'EI. "Au Moyen-orient sévit une troisième guerre mondiale. Des crimes contre l'humanité ont été commis à Sinjar et Kobané. Des gens sont décapités, des femmes violées, vendues dans les bazars", déclare la députée.

Les grévistes de la faim veulent rester devant l'ONU jusqu'à dimanche. Ils boivent seulement de l'eau, du thé, avec du sucre et de temps en temps du sel. Les autorités cantonales leur ont mis à disposition un container préfabriqué pour passer la nuit dans la proximité de la place des Nations.