Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Escalade entre Ankara et La Haye

13 mars 2017, 01:07
A group of Turks protest outside the Dutch consulate in Istanbul, Sunday, March 12, 2017. Turkish President Recep Tayyip Erdogan says he appropriately accused the Dutch government of "Nazism and fascism," saying only those types of regimes would bar foreign ministers from traveling within their countries. Erdogan also said during a live televised address on Sunday that the Netherlands would "pay the price" for sacrificing its ties with a NATO ally to upcoming elections there.(AP Photo/ Emrah Gurel) Turkey Netherlands

Le torchon brûle entre Ankara et La Haye. Après le refus des Pays-Bas d’accueillir deux ministres turcs, la Turquie hausse le ton en promettant des mesures de rétorsion «de la manière la plus sévère». Dénonçant ce dimanche un comportement rappelant «le nazisme et le fascisme», Recep Tayyip Erdogan s’est lancé dans une guerre des mots particulièrement acerbe contre les Pays-Bas. «Ils auront naturellement à en payer le prix, et aussi à apprendre ce qu’est la diplomatie», a asséné le président turc, lors d’un discours à Istanbul.

Risque de troubles

La crise qui oppose ces dernières semaines Ankara et plusieurs capitales européennes est montée d’un cran ce week-end, après que la police néerlandaise a escorté hier matin la ministre turque de la Famille jusqu’à la frontière allemande. Fatma Betül Kaya était arrivée en voiture samedi soir à Rotterdam, quelques heures après la décision des autorités néerlandaises de refuser...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias