Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Eric Woerth à nouveau mis en cause

17 août 2010, 12:09

Le ministre français du Travail Eric Woerth, fragilisé depuis des semaines par des soupçons de conflit d'intérêts avec la milliardaire Liliane Bettencourt, a été à nouveau mis en cause hier. Des déclarations sur ses revenus seraient mensongères.

Selon le site d'information Mediapart, l'ex-ministre du Budget Eric Woerth a rempli une déclaration de revenus tronquée pour obtenir un prêt pour sa campagne municipale à Chantilly, commune au nord de Paris dont il est maire depuis 2005. Une information qualifiée d'«absurdité» par l'entourage du ministre.

Début 2008, Eric Woerth a contracté un emprunt de 6500 euros sur huit mois auprès de la banque Crédit Agricole de la ville pour les besoins de financement de sa campagne municipale.

Le formulaire de demande de prêt fait état d'un revenu mensuel de 3000 euros, alors qu'il perçoit environ 14 000 euros bruts par mois comme ministre et quelque 2400 euros comme maire, affirme Mediapart, qui cite un document de la banque.

Prenant en compte les différents emprunts de Eric Woerth, le Crédit Agricole aurait calculé, à partir de sa déclaration, que le ministre disposait de «112 euros par mois pour vivre» et présentait un «endettement bancaire de 89%», selon Mediapart, qui s'interroge sur l'intérêt du ministre à «mentir sur sa situation».

L'entourage d'Eric Woerth a assuré à l'AFP que le prêt avait été «souscrit dans des conditions normales comme tous les prêts électoraux», soulignant encore qu'il avait été «remboursé également à des conditions normales et classiques».

Eric Woerth est depuis juin au cœur de l'affaire Bettencourt, soupçonné de possibles conflits d'intérêts entre ses anciennes fonctions gouvernementales, son ancien poste de trésorier du parti présidentiel, et l'embauche de sa femme en 2007 par la société gérant le patrimoine de Liliane Bettencourt, héritière de L'Oréal.

Il a par ailleurs été récemment mis en cause pour avoir attribué la Légion d'honneur au comptable ayant certifié ses comptes de campagne municipale.

Ces épisodes fragilisent un ministre clé du gouvernement, chargé de mener l'impopulaire réforme des retraites, projet majeur de la fin du mandat du président Nicolas Sarkozy. /ats-afp

Votre publicité ici avec IMPACT_medias