Epidémie de MERS: le bilan s'alourdit en Corée du Sud

Les cas de coronavirus MERS sont en augmentation en Corée du Sud. Deux personnes infectées de plus sont décédées. Pour l'heure, le MERS a fait neuf victimes au pays du matin calme.
07 août 2015, 15:30
Hospital workers wearing protective gears as a precaution against the Middle East Respiratory Syndrome virus push a wheeled stretcher carrying a suspected MERS patient at Samsung Medical Center in Seoul, South Korea Wednesday, June 10, 2015. South Korea believes its MERS virus outbreak may have peaked, and experts say the next several days will be critical to determining whether the government's belated efforts have successfully stymied a disease that has killed seven people and infected nearly 100 in the country. (Hong Hae-in/Yonhap via AP) KOREA OUT

Le ministère sud-coréen de la Santé a annoncé mercredi une nouvelle hausse des cas de coronavirus MERS et le décès de deux personnes infectées. La présidente Park Geun-Hye a pour sa part reporté une visite la semaine prochaine aux Etats-Unis afin de gérer la crise.

Au total, neuf personnes ont désormais succombé à l'épidémie de Syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS en anglais), sur les 108 cas répertoriés jusqu'à présent, soit 13 cas de plus depuis mardi. Toutes les personnes décédées avaient de graves problèmes de santé avant de contracter le virus, a précisé le ministère.

Les deux derniers décès concernent une femme de 75 ans et un homme de 62 ans, contaminés au Centre médical Samsung, un important établissement hospitalier situé dans le sud de Séoul et qui a recensé le plus grand nombre de contaminations.

Le coronavirus Mers (acronyme anglais du Syndrome respiratoire du Moyen-Orient) est un virus plus mortifère mais moins contagieux que celui du Sras ou Syndrome respiratoire aigu sévère (près de 800 morts dans le monde en 2003). Il n'existe aucun vaccin ou traitement pour ce virus, qui présente un taux de mortalité d'environ 35%, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Equipe de l'OMS sur place

Une équipe de l'OMS arrivée à Séoul lundi pour prêter main forte aux autorités sanitaires a indiqué mercredi que la souche sud-coréenne du coronavirus était vraisemblablement la même que celle identifiée au Moyen-Orient. "Toutefois la situation évolue rapidement", a prévenu l'OMS dans un communiqué, appelant à un renforcement des mesures de contrôle et de prévention de l'épidémie au niveau national.

La présidente Park Geun-Hye a reporté sine die une visite officielle aux Etats-Unis - partenaire commercial et militaire historique de Séoul - prévue du 14 au 18 juin, "pour aider à mettre fin à l'épidémie", a indiqué son cabinet. Elle devait y rencontrer Barack Obama.

A Hong Kong, une femme présentant des symptômes préoccupants à son retour de Corée du Sud a été hospitalisée. Le territoire autonome chinois a déjà placé en quarantaine 19 personnes à titre de précaution.