Votre publicité ici avec IMPACT_medias

En route pour l'Espagne

L'équipe de France a raté beaucoup d'occasions avant d'assurer la victoire qu'il lui fallait face au Togo. Les Tricolores sont donc qualifiés pour les huitièmes de finale. Adossés au pied du mur, ils ont mieux joué C'est une France un peu différente, plus offensive, forcément, qui avait lancé «l'opération Togo» hier soir à Cologne. Une France privée de Zidane, et animée par Franck Ribéry, le Marseillais (peut-être Lyonnais bientôt), dont la mission apparut très claire immédiatement: affronter, déséquilibrer, et créer les chances de but.

24 juin 2006, 12:00

Le petit dribbleur, en une bonne entente avec Henry et Trézéguet, y parvint d'ailleurs assez souvent. Et face à un Togo détendu mais joliment impertinent, prompt à tisser quelques bonnes offensives, la France se créa des occasions de marquer en pagaille. Mais rien ne vint. Trézéguet en tête, mais Ribéry aussi, et Henry également, ratèrent ce qui eût changé indéniablement très tôt les données du match. La France souffrit aussi, durement, des lacunes techniques de ses deux arrières latéraux, Sylvestre et Sagnol, chargés de monter, de faire la différence sur les côtés, mais si faibles au moment des derniers gestes (centres, passes).

Et Ribéry, enfin...

Et quand les Bleus revinrent après la pause, même si la Suisse leur rendait service en menant (une simple victoire, même 1-0, leur suffisait alors), il devait y avoir en eux comme des doutes enracinés. Et ce sont peut-être ces sentiments d'angoisse qui firent perdre leur sang-froid aux Français dans ces secondes où il ne faut pas flancher. Ils flanchèrent encore pourtant, Ribéry en tête, face à des occasions énormes, bien amenées, bien conçues, entre les jambes de Togolais de plus en plus transparents. Ils flanchèrent jusqu'au moment où Ribéry, quand même, rappela ce qu'il vaut dans les seize mètres, et servit Vieira, lequel commença à pousser la France en huitièmes! Henry assura la suite très tôt. Les supporters pouvaient chanter la Marseillaise et se préparer pour l'Espagne. Un autre format, un autre monde que ce Togo sympa jusqu'au bout. Mais on verra si Domenech gardera Ribéry ou Zidane, ou s'il osera les aligner tous les deux, pour faire parler le tempérament créatif tricolore qui apparut souvent hier et aurait pu transformer la défaite togolaise en déroute.

Mais on aurait dit que les Français n'avaient plus l'habitude de se retrouver en position de marquer! Mardi, face à l'Espagne, elles seront moins nombreuses. Et elles vaudront de l'or. / PDU

TOGO - FRANCE 0-2 (0-0) Stade de la Fifa, Cologne: 45.000 spectateurs. Arbitre: M. Larrionda (Uru). Buts: 55e Vieira 0-1. 61e Henry 0-2. Togo: Agassa; Tchangai, Abalo, Nibombé, Forson; Aziawonou; Senaya Junior, Mamam (59e Olufade), Salifou; Adebayor (75e Dossevi), Kader. France: Barthez; Sagnol, Thuram, Gallas, Silvestre; Ribéry (77e Govou), Vieira (81e Diarra), Makelele, Malouda (74e Wiltord); Trezeguet, Henry. Notes: le Togo sans Assémoassa (blessé) ni Romao (suspendu), la France sans Abidal ni Zidane (suspendus). Avertissements à Makelele (30e), Aziawonou (37e), Mamam (44e) et Salifou (88e).
Votre publicité ici avec IMPACT_medias