Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

En Egypte, la colère gronde face à la flambée des prix

L’inflation résulte de la dévaluation de la devise et des coupes de subventions imposées par le Fonds monétaire international.

09 août 2017, 07:44
DATA_ART_11411540

Dispersées de chaque côté de la rue, les carrioles de figues de barbarie partagent un bout de bitume défoncé avec des femmes en abaya noire, assises sous le cagnard devant leurs bassines de fromage frais. Sur l’artère commerçante de Soliman-Gohar, des parasols bringuebalants ont été installés sur les étals, mais les poivrons, plus vraiment de la première fraîcheur, se sont flétris. Comme les okras, les pommes ou les bananes, ils ne trouvent plus preneur: trop chers. «Tout a augmenté: l’eau, le gaz, l’électricité et même la nourriture. Le coût de la vie a doublé et nos salaires restent les mêmes, en moyenne 1500 livres (86 francs)», s’inquiète Alaa Khattab, jeune designer de 26 ans, aîné d’une fratrie de quatre.

Au printemps, l’inflation annuelle a atteint 33%, culminant jusqu’à 44% pour la nourriture. Les analystes indépendants considèrent que comparés à la même période en 2016, les prix ont doublé,...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias