Votre publicité ici avec IMPACT_medias

En 2011 ou peut-être jamais

09 mars 2010, 04:15

Le temps presse de plus en plus pour Roger Federer en Coupe Davis. L'échec enregistré par Stanislas Wawrinka et ses partenaires en Espagne au premier tour de l'édition 2010 reporte une nouvelle fois les envies de Saladier d'argent du No 1 mondial. Ce sera en 2011 ou peut-être jamais pour lui, à condition de remporter le barrage des 17, 18 et 19 septembre.

Le Bâlois, qui jouera sauf accident les pompiers de service cet automne face à un adversaire qui sera connu à la mi-mai, devra vraisemblablement modifier son calendrier l'année de ses 30 ans. Son ambition principale pour 2012 sera sans doute la quête d'une médaille d'or olympique individuelle, ce qui l'empêcherait de se concentrer sur la Coupe Davis.

«Il est impossible de planifier à si long terme. Il faut d'abord analyser cette défaite, puis remporter le barrage. Ensuite, tout dépendra de la manière dont va se dérouler la saison de Roger, et du nom de notre adversaire du premier tour l'an prochain», explique le capitaine de l'équipe de Suisse Severin Lüthi. «Nous ne sommes pas la seule bonne équipe au monde non plus. L'Espagne, les Etats-Unis, l'Argentine et la France peuvent également nourrir de légitimes ambitions», poursuit le Bernois, conscient que Roger Federer, Stanislas Wawrinka et leurs partenaires pourraient bien ne jamais remporter la Coupe Davis.

Roger Federer peut faire trois constatations après ce week-end ibère: Stanislas Wawrinka - qui a tenu son rôle de leader alors qu'il aurait préféré rester auprès de sa fille de trois semaines - a pris de la bouteille et semble capable d'apporter sa pierre à l'édifice, mais n'est pas (encore?) capable d'enchaîner trois gros matches en trois jours.

Yves Allegro, lui, n'est plus en mesure de jouer un rôle en vue en double face à une équipe de premier plan. «J'ai réussi le match que je voulais», lâchait pourtant le matricule 128 du classement mondial de double après la défaite concédée aux côtés de Wawrinka samedi. Des propos frappants, sachant qu'il n'a pas su claquer la première balle de service ou la volée qu'il fallait à 6-5 dans le jeu décisif d'un premier set capital et qu'il a concédé sa mise en jeu à quatre reprises... /si

Votre publicité ici avec IMPACT_medias