Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Ehoud Olmert maintient l'ambiguïté

Le premier ministre israélien Ehud Olmert a corrigé un lapsus commis la veille, qui avait laissé croire qu'il brisait le tabou nucléaire de l'Etat hébreu.

13 déc. 2006, 12:00

Le premier ministre avait provoqué un tollé en Israël lundi soir en raison d'une interview avec une télévision allemande dans laquelle il incluait Israël dans une liste de pays disposant de l'arme nucléaire.

Ehoud Olmert avait déclaré que contrairement à l'Iran, Israël ne menace aucun pays «d'annihilation». «L'Iran menace ouvertement [...] de rayer Israël de la carte. Pouvez- vous dire qu'il s'agit du même niveau de menace lorsqu'ils (les Iraniens) aspirent à avoir des armes nucléaires, comme la France, les Américains, les Russes et Israël?», avait-t-il lâché.

100 à 200 ogives

«Il n'y a rien de nouveau dans les propos d'Olmert», a pour sa part estimé Mordechaï Vanunu, l'ancien technicien nucléaire israélien qui avait révélé en 1986 les activités nucléaires militaires à Dimona, avant d'être condamné à 18 ans de prison.

«Mais il est bon qu'Israël ait décidé de mettre cela dans le domaine public. Le monde ne doit pas seulement parler de l'Iran mais aussi d'Israël comme d'une menace nucléaire, afin de dénucléariser le Proche-Orient et contribuer à la paix», a-t-il dit.

Israël est généralement considéré comme la seule puissance nucléaire au Proche-Orient. Des experts militaires étrangers lui prêtent un arsenal de 100 à 200 ogives nucléaires sur la foi, notamment, des informations transmises par Mordechaï Vanunu. / ats-afp-reuters

Votre publicité ici avec IMPACT_medias