Ebola: 1,2 million de Sierra Leonais forcés de rester chez eux

Les autorités de Sierra Leone ont ordonné à 1,2 million de personnes de ne pas quitter leur domicile durant une durée indéterminée. La mesure, contestée, vise à enrayer la propagation du virus Ebola.

25 sept. 2014, 11:04
La semaine dernière, tous les Sierra Leonais étaient concernés par le confinement.

La Sierra Leone a ordonné le confinement "immédiat" de trois régions et 12 chefferies pour une durée indéterminée. L'objectif de cette mesure est d'enrayer la propagation de l'épidémie Ebola dans le pays.

"Les districts Port Loko (nord), Bombali (nord) et Moyamba (sud) sont mises en quarantaine avec effet immédiat", a annoncé le président Ernest Bai Koroma dans une déclaration télévisée tard dans la soirée de mercredi.

Cette mesure, dont la durée n'a pas été précisée concerne, près de 1,2 million de personnes. Elle intervient moins d'une semaine après un confinement total de trois jours de toute la population du pays.

Kenema et Kailahun, deux districts de l'est du pays épicentre de l'épidémie en Sierra Leone, demeurent en quarantaine depuis début août. Avec la nouvelle décision, ce sont au total cinq des 14 districts du pays, et plus d'un tiers de la population en Sierra Leone qui sont concernés par les restrictions de circulation.

"Temps éprouvants"

"Le confinement de ces districts et chefferies va évidemment poser de nombreuses difficultés, mais la survie de nos concitoyens et de notre pays est prioritaire", a insisté le président Koroma. "Ces temps sont éprouvants pour tout le monde dans notre pays", a-t-il dit.

Près de 3000 morts

Le bilan de l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest s'alourdit rapidement. Le virus a fait 2917 morts et infecté 6263 personnes en Guinée, au Libéria et au Sierra Leone, a indiqué jeudi à Genève l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Le précédent bilan était de 2811 morts et 5864 cas, soit près de cent morts et 400 cas de plus depuis lundi.

Pays le plus touché, le Libéria a déclaré 3280 cas, dont le 52% au cours des derniers 21 jours, avec 1677 morts; la Guinée 1022 cas, dont le 29% ces derniers 21 jours, avec 635 décès. La Sierra Leone a recensé 1940 cas, le 38% ces derniers 21 jours, avec 597 morts.

Si la situation semble s'être stabilisée en Guinée, avec entre 80 et 100 nouveaux cas par semaine, l'épidémie continue de se propager rapidement au Libéria et au Sierra Leone, a souligné l'OMS. Au Libéria, un grand nombre de cas ne sont pas encore officiellement recensés, en particulier à Monrovia, la capitale, avertit l'OMS.

Nombre de lits insuffisant

Il faut ajouter 20 cas et huit morts au Nigeria et un seul cas au Sénégal. Quelque 810 contacts des malades au Nigeria ont désormais passé le cap des 21 jours d'incubation. Mais 64 contacts, trois à Lagos et 61 à Port Harcourt, vus le 21 septembre, sont encore sous enquête, a précisé l'OMS qui ne confirme pas la fin de l'alerte au Nigeria.

L'agence de l'ONU précise également que les capacités en terme de lits équipés restent insuffisantes. Elle a recensé 893 lits disponibles et 737 autres qui doivent être installés par des partenaires identifiés.

Il faut encore 2122 lits supplémentaires, dont 1550 au Libéria, que l'ONU cherche à se procurer d'urgence.