Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Des poursuites abandonnées contre DSK

Le procureur de Lille avait déjà requis un non-lieu à l'encontre de Dominique Strauss-Kahn.

17 févr. 2015, 00:01
data_art_8857292.jpg

Le réquisitoire est attendu pour aujourd'hui au procès du Carlton. Et, pour le principal prévenu, Dominique Strauss-Kahn, une demande de relaxe se confirme. La conclusion logique de l'analyse portée par le procureur de Lille sur ce dossier. À la tête du parquet, Frédéric Fèvre a suivi toute l'instruction de cette affaire, de 2011 à 2013. Deux ans de rebondissements et de fièvre médiatique pour ce magistrat qui, au coeur de la tourmente, ne se départait ni de son flegme, ni de son analyse juridique posée.

Alors que les juges d'instruction, qui ont mis DSK en examen en mars 2012 pour "proxénétisme aggravé" , le désignent comme le "pivot central et principal bénéficiaire" des parties fines, Frédéric Fèvre est le premier, à Lille, à faire clairement le tri entre moral et droit, "quel que soit le jugement que l'on peut porter sur son comportement sexuel" , écrit-il en juin 2013. Examinant...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias