Des champignonneurs russes se perdent et meurent

Au moins six champignonneurs sont décédés dans les forêts dans les environs de Moscou le mois dernier, après s'être perdus dans les bois.

25 sept. 2014, 18:09
Eine Pilzerin pflueckt einen Zwillingssteinpilz in einem Wald bei Tiefencastel, GR, aufgenommen am Montag, 23. August 2010. Das wechselhafte Wetter entpuppt sich zumindest fuer die Pilzfreunde als grosser Segen. Ueberall spriessen die Koestlichkeiten in rauhen Mengen. Doch aufgepasst, pro Person und Tag sind maximal 2 Kilogramm erlaubt, zudem gilt es die monatlichen Schonzeiten einzuhalten. (KEYSTONE/Arno Balzarini)

Le scénario est chaque fois le même. Un cueilleur de champignons part en randonnée à la recherche de précieux deutéromycètes. Là, il se perd dans les immenses étendues boisées. Les températures descendant de plus en plus bas en ce début d'automne, le champignonneur est pris d'hypothermie et fini par décéder.

Depuis le début du mois de septembre, ce sont ainsi six personnes qui ont perdu la vie dans les environs de Moscou, dont Alexeï Tchervonenkis, professeur d'informatique à l'Université de Londres, rapporte Le Parisien. Les autres champignonneurs disparus sont âgés de 59 à 78 ans.

«Dans la région de Moscou, il y a des massifs forestiers dont la surface est comparable à celle de la moitié de la capitale russe!», explique Irina Vorobiova, militante d'un mouvement volontaire Liza-alert, spécialisé dans les recherches de personnes disparues, citée par le journal Komsomolskaïa pravda.

Un autre quotidien populaire, Moskovski Komsomolets, publie pour sa part une longue liste de conseils pour éviter aux cueilleurs de champignons de mourir en forêt, tels que toujours prendre son portable sur soi.

La cueillette de champignons est un loisir très prisé des Russes.