Depardieu contre les grèves

18 oct. 2010, 11:53

Arrivé hier à Abou Dhabi pour présenter son film «Potiche» dans lequel il joue le rôle d'un maire communiste, Gérard Depardieu a jugé que le mouvement de protestation en France était «ridicule».

«Il s'agit d'une manipulation de la part des syndicats», a affirmé l'acteur, critiquant la mobilisation contre la réforme des retraites qui s'est maintenue à un niveau élevé samedi en France.

Une nouvelle journée d'action a rassemblé 825 000 à 3 millions de personnes, selon les sources. C'était la cinquième fois depuis la rentrée que les Français manifestaient contre cette réforme qui prévoit le recul de l'âge minimal de départ à la retraite de 60 à 62 ans.

«En Espagne, l'âge de la retraite est de 67 ans», a souligné Gérard Depardieu.

L'acteur est venu aux Emirats arabes unis, où s'est ouvert jeudi le Festival international de cinéma d'Abou Dhabi, pour y présenter le film «Potiche» où il joue au côté de Catherine Deneuve.

«Potiche», une comédie signée François Ozon, raconte les chamboulements que Suzanne Pujol provoque en reprenant, en 1977, les rênes de l'usine de parapluies de son mari immobilisé après une crise cardiaque.

Gérard Depardieu y joue le rôle du député-maire communiste de Sainte-Gudule, appelé à la rescousse par l'épouse pour faire face à la grève des ouvriers. «Potiche» fait partie des 15 longs-métrages en compétition au Festival d'Abou Dhabi, le plus richement doté du monde arabe avec des prix, les Perles noires, d'une valeur totale de près d'un million de dollars. /ats-afp