Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Décès de Gillo Pontecorvo

Le réalisateur de la «Bataille d'Alger» laisse une oeuvre engagée Le cinéaste italien Gillo Pontecorvo, qui réalisa le grand classique «La Bataille d'Alger», est mort à Rome à l'âge de 86 ans, ont annoncé hier des responsables de la policlinique Gemelli. La cause de la mort n'a pas été précisée, mais Pontecorvo avait eu une crise cardiaque il y a quelques mois.

15 oct. 2006, 12:00

Surnommé le «réalisateur fainéant» en raison du petit nombre de films à son actif sur une très longue carrière, Pontecorvo a réalisé nombre de documentaires et dirigé la Mostra de Venise de 1992 à 1994.

Ancien résistant, ses passions politiques furent au coeur de son oeuvre engagée. En 1959, «Kapo» racontait l'histoire d'une petite juive cherchant à s'évader d'un camp de concentration. «Qeimada», en 1969, avec Marlon Brando, était un conte anticolonialiste. Mais le film qui lui apporta la gloire fut «La Bataille d'Alger», en 1966, film épique sur le soulèvement algérien contre la France, d'un réalisme saisissant, à la manière d'un documentaire, avec des comédiens amateurs.

Lion d'or à Venise, nominé aux Oscars, Prix de la critique au Festival de Cannes, il fut interdit pendant des années en France.

Né le 19 novembre 1919 à Pise dans une famille juive aisée, il s'exila en France pour échapper aux lois raciales du régime mussolinien, tout en restant en contact avec la résistance antifasciste, avant de regagner Milan et de prendre la tête d'un groupe de résistants. Il étudia la chimie et travailla comme journaliste avant de se lancer dans la réalisation.

Son premier film, en 1957, «La Grande Strada Azzurra», avec Yves Montand et Alida Valli, raconte l'histoire d'une communauté de pêcheurs. Son dernier, «Opération Ogre», sortit en 1980 et se déroulait dans l'Espagne franquiste. / ap

Votre publicité ici avec IMPACT_medias