Réservé aux abonnés

Cuba prête à basculer dans l’après-Castro

Raul Castro doit quitter la présidence cubaine aujourd’hui. Il gardera toutefois la main sur les leviers du pouvoir.

18 avr. 2018, 00:01
DATA_ART_12084995

Au crépuscule de la présidence de Raul Castro, l’heure n’est pas à la fièvre électorale. Dans le quartier populeux havanais du Cerro, quelques anciens d’Angola, venus acheter le «Granma», le quotidien officiel du Parti communiste cubain, ne décolèrent pas. Leurs préoccupations? La Syrie. «Ces gens, Trump (réd: prononcé «Troumpe»), Emmanuel Macron et celle d’Angleterre, sont des cochons. Il faut envoyer un missile sur Washington», vocifère Abelardo, ancien artilleur dans l’enclave de Cabinda, en Angola, lors de la guerre que les Cubains y ont menée entre 1975 et 1989.

Son aco...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois