Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Clinton et Sanders haussent le ton avant le New Hampshire

Les deux démocrates Hillary Clinton et Bernie Sanders se sont affrontés jeudi soir dans un débat télévisé de deux heures au cours duquel le ton est parfois monté.

05 févr. 2016, 06:59
Bernie Sanders (à gauche) a rejeté l'idée que ses mesures soient irréalistes.

Hillary Clinton est montée à l'attaque jeudi soir contre son rival démocrate Bernie Sanders dans la course à la Maison Blanche. Elle l'a accusé de salir sa réputation et a qualifié ses idées d'irréalistes. Lui s'est indigné qu'elle fasse "partie de l'establishment".

Les deux démocrates se sont affrontés dans un débat télévisé de deux heures dans le New Hampshire, qui organise ses élections primaires mardi. Le sénateur du Vermont, qui prêche une révolution politique, y est donné largement en tête dans les sondages. Le dernier publié jeudi (NBC/Wall Street Journal/Marist) lui donnait 58% des intentions de vote, contre 38% à Mme Clinton.

L'ancienne secrétaire d'Etat s'est positionnée jeudi soir comme "une progressiste qui fait avancer les choses", et a affirmé qu'elle partageait avec M. Sanders "de très importants objectifs progressistes", notamment en matière de salaire minimum, de santé ou de baisse du coût de l'éducation. "Mais les chiffres ne collent pas dans ce que le sénateur Sanders propose", a-t-elle déclaré.

"Je veux imaginer un pays où les salaires des gens reflètent leur dur travail, et où tout le monde a une assurance maladie", a déclaré Mme Clinton. Mais, a-t-elle ajouté, "je ne fais pas des promesses que je ne peux pas tenir".

M. Sanders, qui réclame une assurance maladie universelle et l'université gratuite pour tous, en promettant de taxer plus lourdement les bénéfices de Wall Street, a rejeté l'idée que ses mesures soient irréalistes, soulignant notamment qu'elles existaient "dans de nombreux pays".

Changement de ton

Jusqu'à présent courtois si on le compare aux insultes qu'échangent les républicains, le ton entre Mme Clinton et M. Sanders s'est nettement tendu jeudi soir. Mme Clinton a accusé M. Sanders de salir sa réputation, par des insinuations, notamment sur ses liens avec Wall Street.

"Je pense qu'il est temps d'arrêter cet habile dénigrement que vous et votre campagne menez ces dernières semaines et de discuter des sujets qui nous divisent", a rétorqué Mme Clinton. "Je n'ai jamais changé de vote à cause d'un don que j'ai reçu."

M. Sanders l'a accusée de faire partie de l'establishment démocrate, se présentant lui comme le représentant des Américains ordinaires. Et il a affirmé que les milliardaires minaient la démocratie américaine, en injectant des sommes illimitées dans la campagne.

"Je suis le seul candidat qui n'a pas de super PAC", comité d'action politique qui finance les campagnes des candidats, a-t-il martelé, soulignant qu'il avait reçu 3,5 millions de contributions, d'une moyenne de 27 dollars.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias