Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Charlie Hebdo: pour le pape François, il ne faut pas insulter la foi des autres

En visite aux Philippines, le pape François est revenu sur l'attaque de "Charlie Hebdo". Il a notamment déclaré qu'on ne pouvait pas insulter la foi des autres sans s'attendre à une réaction. Il condamne toutefois les crimes commis "au nom de Dieu".

15 janv. 2015, 14:44
Pour le pape François, en visite aux Philippines, "il faut croire avec liberté, sans offenser, sans imposer, ni tuer."

Le pape François, faisant allusion notamment à l'attaque du siège de "Charlie Hebdo" le 7 janvier, a défendu la liberté d'expression tout en estimant qu'il n'était pas bon de provoquer les autres en insultant leur foi, faute de quoi une réaction est à "attendre". Il a aussi ajouté que "tuer au nom de Dieu" était une "aberration".

"On ne peut provoquer, on ne peut insulter la foi des autres, on ne peut la tourner en dérision", a-t-il dit aux journalistes dans l'avion qui l'emmenait de Colombo à Manille, seconde étape de sa tournée en Asie.

"Chacun a non seulement la liberté, le droit, mais aussi l'obligation de dire ce qu'il pense pour aider au bien commun. Il est légitime d'user de cette liberté mais sans offenser", a-t-il insisté avec force, appelant à la vérité, notamment en politique.

Pour illustrer ses propos, il a dit à propos d'un collaborateur, vers lequel il s'est tourné : "Il est vrai que vous ne devez pas réagir par la violence, mais même si nous sommes de bons amis, s'il maudit ma mère, il peut s'attendre à recevoir un coup, c'est normal", a argumenté le pape, qui s'exprimait en italien.

Le pape a ainsi souligné que la liberté de religion et la liberté d'expression étaient "toutes les deux des droits de l'Homme fondamentaux".

Guerres de religion

Tuer au nom de Dieu "est une aberration", a-t-il encore lancé. "Il faut croire avec liberté, sans offenser, sans imposer, ni tuer", a-t-il insisté.

"Ce qui se passe actuellement (avec les attentats islamistes) nous étonne, mais pensons à notre Eglise: combien de guerres de religion, nous avons eues, pensons à la nuit de la Saint-Barthélemy (massacre déclenché par les catholiques contre les protestants français et qui a marqué le début du XVIème siècle des guerres de religion). Nous avons été aussi pécheurs", a-t-il cependant rappelé.

Le pape François était interrogé lors d'une conférence de presse sur la liberté d'expression des caricaturistes contre les religions, après l'attentat djihadiste contre Charlie Hebdo.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias