Catalogne: la Suisse n'accordera pas l'extradition de Marta Rovira pour des motifs purement politiques

La commission de politique extérieure du Conseil national a pris acte du mandat d'arrêt international contre l'indépendantiste catalane, Marta Rovira. La commission a toutefois annoncé refuser une extradition purement basée sur des infractions politiques.

17 avr. 2018, 18:40
Marta Rovira a trouvé refuge en Suisse après avoir été mise sous mandat d'arrêt international, fin mars.

La commission de politique extérieure du Conseil national a évoqué, lors de sa dernière séance, le cas de l’indépendantiste catalane Marta Rovira, a-t-elle indiqué mardi. La politicienne a trouvé refuge en Suisse à la suite de son inculpation pour rébellion et sédition en Espagne.

Secrétaire générale du parti séparatiste ERC (Gauche républicaine de Catalogne), elle figure parmi les indépendantistes catalans en fuite depuis plusieurs mois. Elle a été inculpée en Espagne pour rébellion et sédition, des délits pour lesquels elle risque jusqu'à 30 ans de prison, précise la commission. Marta Rovira est sous mandat d'arrêt international depuis fin mars.

 

 

La commission a pris acte du fait qu’il s’agit d’une procédure en cours et qu’une extradition serait exclue s’il s’avérait que les poursuites étaient motivées par des considérations purement politiques.