Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Cachotterie au sommet

Un poste clé de l’ONU doit être repourvu ce mois. Candidat pour être haut-commissaire aux droits de l’homme, le Suisse Nils Melzer plaide en vain pour plus de transparence.

08 août 2018, 00:01
DATA_ART_12318134

Un Suisse pour défendre plus de sept milliards d’êtres humains? On apprenait le 24 juillet que Nils Melzer – professeur d’origine zurichoise travaillant à Genève et à Glasgow – s’était porté candidat pour devenir le prochain haut-commissaire aux droits de l’homme.

Un poste clé dans la galaxie onusienne. Le diplomate ne se limite pas à braquer les projecteurs sur les pires crimes commis dans le monde. Il dirige un millier de personnes dans plus d’une cinquantaine de pays, pour dialoguer avec les autorités locales, rendre visite à des détenus, faire du lobbying contre les mutilations sexuelles et d’autres pratiques inhumaines.

Un épais secret

Nils Melzer, ancien employé du Département fédéral des affaires étrangères devenu rapporteur spécial sur la torture à l’ONU, a-t-il une chance de décrocher le job suprême, basé à Genève? Selon nos sources, le Zurichois n’aurait pas été retenu dans la liste finale en mains du secrétaire...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias