Boeing disparu: les enquêteurs continuent d'ausculter le ventre de la mer

Le périmètre des recherches pour retrouver l'épave du Boeing 777 de Malaysia Airlines a été réduit jeudi autour d'ultrasons vraisemblablement émis par ses boîtes noires.
07 août 2015, 13:36
epa04161114 A handout picture made available by the  Australian Defense on 10 April 2014 shows Gunner Richard Brown (L) on lookout on the forecastle of the Royal Australian Navy ship HMAS Perth in search of debris from missing Malaysia Airline Flight MH370 during Operation SOUTHERN INDIAN OCEAN on 07 April 2014. HMAS Perth has joined the search for missing Malaysia Airlines Flight MH370. Searchers out in the Indian Ocean on 10 April 2014 believe they are close to the 'final resting place' of the lost Malaysia Airlines jet. The Boeing 777 went missing a month ago on a flight from Kuala Lumpur to Beijing with 239 people on board.  EPA/ABIS Nicolas Gonzalez / RAN  HANDOUT EDITORIAL USE ONLY/NO SALES

Les recherches pour retrouver l'épave du Boeing 777 de Malaysia Airlines qui s'est abîmé dans le sud de l'océan Indien se poursuivaient jeudi. Le périmètre a été réduit autour d'ultrasons vraisemblablement émis par ses boîtes noires.

Le responsable des opérations internationales, Angus Houston, a suscité mercredi l'espoir d'une résolution imminente du mystère du vol MH370, plus d'un mois après sa disparition le 8 mars avec 239 personnes à bord.

Selon l'ancien chef des armées australiennes, l'épave de l'avion reposant au fond de l'océan pourrait être localisée dans les tout prochains jours grâce aux détections acoustiques réalisées par l'Ocean Shield, un navire australien équipé d'une sonde hydrophone américaine.

Jeudi, les recherches mobilisaient encore une dizaine d'avions militaires, quatre avions civils et 13 navires dans une zone de près de 60'000 km2. Mais le "front" des opérations se situe à 2280 km au nord-ouest de Perth, la grande ville du littoral occidental de l'Australie, où se trouve l'Ocean Shield.

Quatre signaux captés

Depuis le 5 avril, le navire a capté à quatre reprises à cet endroit, sur la trajectoire estimée du Boeing 777, des signaux acoustiques dont la fréquence (au-dessus de 30 khz) est identique à celle des balises qui se déclenchent en cas d'immersion des boîtes noires.

Les signaux émettaient à 33,331 khz, à intervalles constants de 1,106 seconde. Pour les spécialistes, ils ne peuvent être "d'origine naturelle".

Les balises des boîtes noires ont un rayon d'émission de quelques kilomètres seulement, ce qui a fait dire à Angus Houston que l'Ocean Shield se trouvait sans doute "tout près" de l'endroit où l'avion est tombé.

Une flotte navale et aérienne internationale sillonne le sud de l'océan Indien depuis des semaines à la recherche de débris ou des boîtes noires du Boeing. Sans résultat, jusqu'à la détection de ces signaux acoustiques.

D'innombrables objets ont été repérés et récupérés en mer depuis le 8 mars, mais aucun n'appartenait à l'avion. De nouveau débris ont été examinés mercredi, mais "ils sont sans lien avec le vol MH370", a indiqué le centre de coordination des recherches.