Basketball: Les Etats-Unis à deux marches du sacre

Les Etats-Unis n'ont plus que deux matches à remporter pour défendre victorieusement le titre récupéré quatre ans plus tôt à Pékin après la déconvenue des JO d'Athènes (3e place). Ils retrouveront vendredi leur «bourreau» de 2004, l'Argentine, avant une probable revanche de la finale 2008 face à l'Espagne.

09 août 2012, 12:39
L'Américain Kobe Bryant en plein drible durant les quarts de finale face à l'Australie aux JO de Londres.

Loin d'assurer le spectacle comme la seule équipe ayant mérité l'appellation de «Dream Team» l'avait fait il y a vingt ans déjà, Kobe Bryant et Cie se sont contentés jusqu'ici du service minimum, avec tout de même quelques soirées de folie comme face au faible Nigeria (156-73). La manière sera-t-elle au rendez-vous ce week-end dans l'O2 Arena?

Un troisième face-à-face d'affilée

Le Team USA avait nettement dominé l'Argentine de Manu Ginobili lundi soir dans l'ultime rencontre de la phase de poules, s'imposant 126-97 grâce notamment aux 28 points de Kevin Durant. Le choc de vendredi sera le troisième d'affilée entre ces deux nations en demi-finales d'un tournoi olympique. L'Argentine avait remporté le premier acte 89-81 pour s'ouvrir la voie vers un sacre inattendu, avant de s'incliner 101-81 quatre ans plus tard.

Londres sera à n'en pas douter le théâtre d'un nouveau succès des Etats-Unis vendredi dès 21h (22h en Suisse). LeBron James (11 points, 14 rebonds et 12 assists mercredi dans un quart de finale remporté sans forcer 119-86 face à l'Australie) et ses «potes» ne commettront pas l'erreur de sous-estimer leur adversaire. Il en ira d'ailleurs de même en cas de finale face à l'Espagne, qui avait offert une superbe réplique aux Américains au stade ultime de la  compétition à Pékin (118-107).

Attention à la Russie

Critiquée pour avoir subi une défaite qui arrangeait bien ses affaires dans la dernière journée de la phase préliminaire, l'Espagne - qui devait s'incliner face au Brésil pour terminer 3e de sa poule et éviter de retrouver les Etats-Unis avant la finale - a cependant un obstacle de taille à franchir vendredi dès 17h (18h en Suisse). La Seleccion se mesurera à la Russie, qui avait enlevé de haute lutte leur duel programmé samedi dernier en match de  poules (77-74).

Peu convaincants mercredi dans le quart de finale pour le moins tendu qui les a opposés à la France (66-59), Pau Gasol et ses équipiers devront hausser le ton pour éviter le piège tendu par la Russie. Leur supériorité physique et collective devrait leur permettre de passer l'épaule. La constance n'est en outre pas le point fort des Russes, battus de manière surprenant lundi par l'Australie (82-80) mais maîtres de leur sujet en quart de finale face à la Lituanie (83-74) grâce notamment à un excellent Andrei Kirilenko (19 points, 13 rebonds).