Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Ballack magistral

Un coup franc de Ballack à la 49e minute qualifie la Mannschaft pour les quarts de finale. Le rêve se termine pour l'Autriche, valeureuse mais trop limitée. Adieu l'Autriche, le miracle de Vienne n'a pas eu lieu! Valeureuse mais battue, l'équipe de Josef Hickersberger voit son rêve de poursuivre son chemin dans le tournoi s'envoler. Un coup franc de Ballack à la 49e minute a permis à l'Allemagne de se hisser en quart de finale, pour une rencontre qui sent d'ores et déjà le soufre, jeudi à Bâle face au Portugal.

17 juin 2008, 12:00

Trente ans plus tard, l'exploit de Cordoba ne s'est donc pas reproduit. Et pourtant, après son match nul arraché à la 93e minute sur un penalty de Vastic (étonnamment resté sur la touche hier) contre la Pologne, l'Autriche s'était mise à voir la vie en couleurs. Rêves polychromiques qui, hier soir, ont viré à la bichromie. Au noir et blanc en l'occurrence: les couleurs de la «Mannschaft»; les couleurs qui ont finalement primé hier dans un Ernst-Happel Stadion à forte consonance rouge pourtant?

Comme prévu, l'Allemagne s'est présentée dans une formation modifiée après sa désastreuse prestation contre la Croatie jeudi passé (2-1). Jansen (catastrophique quatre jours plus tôt) étant blessé, Lahm a logiquement changé de couloir, alors que Friedrich est venu prendre sa place à droite. Pour le reste, Joachim Löw a maintenu sa confiance envers ses titulaires, Mario Gomez en l'occurrence, le transparent attaquant de Stuttgart d'ailleurs sorti à l'heure de jeu.

Soucieux de contrecarrer la grosse machine germanique, Josef Hiskersberger a, pour sa part, raisonnablement choisi de renforcer son milieu de terrain, passant d'un système en 4-4-2 offensif contre la Pologne à un 4-5-1 avec, surprise du chef, l'entrée du jeune Jimmy Hofer, en lieu et place du controversé Linz à la pointe de l'attaque. En défense, Hiden s'est substitué à Prödl, suspendu.

La tactique de faire douter l'Allemagne le plus longtemps possible n'était pas la plus mauvaise. Pas au mieux de leur confiance, Miroslav Klose et ses camarades sont vite retombés dans leurs incertitudes après un premier quart d'heure entamé pourtant tambour battant. A la 5e minute déjà, Mario Gomez, parfaitement servi par Klose, ratait sa reprise alors qu'il se trouvait en position idéale aux cinq mètres. Malgré un arrêt difficile de Macho sur un tir rasant de Podolski à la 23e, la formation allemande a hoqueté. En affirmant un peu crûment que les Germains «allaient ch? dans leur froc», Martin Harnik ne se trompait finalement pas. Le dégagement en touche de Mertesacker, pas réellement en danger au milieu de sa défense, était la preuve tangible du désarroi allemand. Désarroi exacerbé un peu plus encore par l'expulsion de son entraîneur Joachim Löw, renvoyé dans la tribune en compagnie de son alter ego autrichien Josef Hickersberger pour invectives mutuelles sur le bord de la touche.

La solution? Elle est finalement tombée de Michael Ballack, sur un coup franc tombé pour une faute d'Invanschitz à la 49e minute. Le valeureux capitaine y a alors mis toute sa rage pour trouver la lucarne de Macho. La rage d'une équipe qui devra toutefois sérieusement hausser le niveau de son jeu si elle espère prendre la mesure du Portugal et de son joyau Cristiano Ronaldo.

Pour l'Autriche, le ressort était cassé. Malgré toute leur bonne volonté et quelques actions intéressantes, les «Aigles» n'avaient pas les serres suffisamment acérées pour espérer mieux que cette défaite honorable. /PDU

AUTRICHE - ALLEMAGNE 0-1 (0-0) Ernst Happel, Vienne: 51428 spectateurs. Arbitre: M. Mejuto Gonzalez (Esp). But: 49e Ballack 0-1. Autriche: Macho; Garics, Stranzl, Hiden (55e Leitgeb), Pogatetz, Fuchs; Aufhauser (63e Säumel), Harnik (67e Kienast), Ivanschitz, Korkmaz; Hoffer. Allemagne: Lehmann; Friedrich, Mertesacker, Metzelder, Lahm; Fritz (93e Borowski), Ballack, Frings, Podolski (83e Neuville); Klose, Gomez (60e Hitzlsperger). Notes: l?Autriche sans Prödl (suspendu). L?Allemagne sans Janssen (blessé) ni Schweinsteiger (suspendu). 41e, l?arbitre renvoie les entraîneurs Joseh Hickersberger et Joachim Löw dans les tribunes! Avertissements: 13e Stranzl, 31e Hoffer, 48e Ivanschitz. / si
Votre publicité ici avec IMPACT_medias