Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Bain de sang à la mine de Marikana

La police a tiré sur les mineurs grévistes: 34 tués, 80 blessés.

18 août 2012, 00:01
data_art_6307510.jpg

On le surnomme déjà "le massacre de Marikana". Trente-quatre personnes ont été tuées jeudi et près de 80 blessées lorsque la police a ouvert le feu contre des mineurs grévistes sur une colline, à la mine de platine de Lonmin à Marikana, à une heure de route de Johannesburg. Le président sud-africain Jacob Zuma a décidé d'instaurer une commission d'enquête.

Le drame traduit une tension sociale croissante dans les milieux ouvriers, dont les conditions de travail n'ont pas beaucoup évolué dans l'Afrique du Sud post-apartheid.

" La police a été contrainte d'utiliser la force maximale ", a déclaré hier Riah Phiyega, la patronne de la police sud-africaine. Malgré les canons à eau, les grenades lacrymogènes et les balles en caoutchouc utilisées dans les jours précédents, les centaines de grévistes qui occupaient la mine refusaient toujours de retourner au travail. Ils exigeaient depuis vendredi dernier le triplement de leurs salaires (de...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias