Avions: près de 2000 Boeing 737 NG à inspecter après la découverte de «fissures»

Le Boeing 737 NG, prédécesseur du 737 MAX, actuellement cloué au sol, fait parler de lui à cause de la découverte de «fissures» sur un appareil en Chine. Conséquence: aux Etats-Unis, 1911 avions vont devoir être examinés dans les sept jours.
02 oct. 2019, 16:38
epa07719817 (FILE) - A Ryanair Boeing 737-8AS lands at Riga International Airport, Latvia 15 March 2019, reissued 16 July 2019. Media reports state that Ryanair will be forced to cut the number of summer flights it operates nin 2020 as it predicted further delays before the Boeing 737 Max is allowed to fly again. Ryanair has 58 planes on order. EPA/TOMS KALNINS

L’agence fédérale de l’aviation (FAA) a annoncé mercredi avoir ordonné une inspection de certains Boeing 737 NG, le prédécesseur du monocouloir 737 MAX, après la découverte de «fissures structurelles» sur un exemplaire en Chine.

Environ 1911 appareils sont concernés aux Etats-Unis, indique le régulateur aérien américain, précisant que les opérateurs ont sept jours pour se conformer à cette demande.

En Chine

«Boeing a notifié l’agence du problème après avoir découvert des fissures structurelles dans un appareil qui était en train d’être modifié en Chine. Des inspections ont montré des fissures similaires sur un petit nombre d’avions supplémentaires», détaille la FAA, dans un communiqué.

Des inspections ont montré des fissures similaires sur un petit nombre d’avions supplémentaires.
Agence fédérale de l’aviation

Fin juillet 2018, il y avait 6343 737 NG en exploitation.

Boeing précise avoir découvert les fissures sur le «pickle fork», la partie de l’avion permettant de lier les ailes au fuselage et de gérer les contraintes et les forces aérodynamiques.

Temps limité

Les opérateurs -- compagnies aériennes ou loueurs d’avions -- doivent inspecter dans les sept jours suivant la demande de la FAA, les 737 NG ayant plus de 30’000 «cycles de vie», c’est-à-dire les avions ayant vécu 30’000 décollages, pressurisations, dépressurisations et atterrissages sans aucune difficulté.

Quant aux 737 NG ayant entre 22’600 et 29’999 cycles, ils doivent être inspectés dans les prochains 1000 cycles.

Les opérateurs doivent conduire «des inspections spécifiques et rapporter leurs conclusions immédiatement à l’agence», conclut le régulateur.