Avion disparu d'AirAsia: le givre peut-être responsable du crash de l'Airbus

Des conditions météorologiques défavorables ont été le "facteur déclenchant" du crash de l'Airbus d'AirAsia. L'Agence météorologique indonésienne met en cause le givre
04 janv. 2015, 18:39
epa04542664 An Indonesia's Air Force crewman looks out of the window during a search and rescue operation as they search for the missing AirAsia plane in Indonesia, 30 December 2014. A search aircraft looking for the missing AirAsia plane spots objects on the ocean surface. Footage taken from the helicopter showed a triangular orange object and several smaller white objects, around 10 in total, but it was not clear what they were, Metro TV said. Ships and aircraft have been sent to the area to investigate further.  EPA/BAGUS INDAHONO

La météo a été le "facteur déclenchant" de la chute en Indonésie de l'avion d'AirAsia dont les moteurs ont peut-être été endommagés par du givre, a indiqué l'Agence météorologique nationale. Dimanche quatre nouveaux corps ont été repêchés en dépit de hautes vagues et une cinquième pièce de l'avion a été repérée au fond de l'eau.

Le chef de l'agence indonésienne de recherches, Fransiskus Bambang Soelistyo, a déclaré devant la presse que les plongeurs qui espéraient pouvoir retrouver les boîtes noires de l'avion, cruciales pour déterminer les causes de l'accident de l'avion, et les corps d'autres victimes, ont dû suspendre leurs recherches en raison des conditions météorologiques difficiles.

Les secours ont néanmoins réussi à localiser au fond de la mer un cinquième objet de grande taille, après les quatre déjà repérés samedi, provenant très probablement de l'Airbus A320-200 qui a disparu dimanche dernier avec 162 personnes à son bord peu après son décollage de la ville indonésienne de Surabaya pour Singapour.

Trente-quatre victimes repêchées
M. Soelistyo a précisé que les corps de 34 victimes ont jusqu'à présent été repêchés, certains encore attachés à leurs sièges. De nombreux autres pourraient être prisonniers de l'épave. Les plongeurs ont "réussi à aller au fond mais la visibilité (...) est nulle, il faisait noir et le fond était boueux, avec des courants de trois à cinq noeuds", a-t-il déclaré.

Informations insuffisantes

"Sur la base des données disponibles sur la localisation du dernier contact avec l'avion, la météo a été le facteur déclenchant de l'accident", a indiqué l'Agence météorologique indonésienne dans un rapport sur son site. Celle-ci se base sur des images satellites infrarouges montrant des nuages où la température atteignait alors de -80 à -85 degrés.

Il n'a pas été mentionné pourquoi d'autres avions empruntant des couloirs de vol similaires n'étaient pas affectés par la météo, tandis que des experts estiment que les informations sont insuffisantes pour le moment pour expliquer la catastrophe.

Ascension raide avant le crash
Une source proche de l'enquête a confié à Reuters que les données radar montraient aussi que l'Airbus avait effectué une ascension "incroyablement" raide avant le crash.

Le pilote de l'avion d'AirAsia avait demandé à prendre de l'altitude pour éviter des nuages très menaçants, mais n'avait pas reçu le feu vert immédiat du contrôle aérien en raison d'un trafic trop important dans ce couloir aérien très fréquenté. L'avion avait disparu des écrans radars peu après.

Enquête sur des "infractions"
Par ailleurs, les autorités indonésiennes vont enquêter sur des "infractions" commises par la compagnie AirAsia qu'elles soupçonnent d'avoir fait emprunter sans autorisation un couloir aérien à l'avion. Mais les autorités de l'aviation civile de Singapour ont indiqué qu'AirAsia Indonesia avait reçu la permission d'effectuer le vol. Une autorisation des deux côtés est nécessaire.