Australie: les premières marches anti-Trump, prévues dans le monde entier, ont commencé

Le mouvement est parti de la page Facebook d'une grand-mère établie à Hawaï. Elle appelait les femmes à manifester leur mécontentement face à l'accession de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis. La réponse a dépassé ses espérances, puisque des marches de protestation sont prévues ce samedi dans le monde entier. Les premières manifestations ont débuté en Australie. 600 autres devraient suivre aux quatre coins de la planète.

21 janv. 2017, 09:31
Vendredi déjà, des milliers de personnes étaient descendues dans les rues des Etats-Unis (ici à Seattle), pour protester.

Des milliers d'Australiens, mais aussi des Néo-Zelandais, hommes et femmes confondus, ont lancé samedi les manifestations anti-Trump prévues ce jour aux Etats-Unis et dans le monde. Quelque 600 marches sont annoncées.

A Sydney et Melbourne, en Australie, mais également à Wellington et à Auckland, en Nouvelle-Zélande, des opposants au nouveau président américain Donald Trump ont commencé samedi de protester contre le mépris montré régulièrement envers les femmes par celui qui est devenu la veille le nouveau locataire de la Maison Blanche.

 

Les manifestations se sont pour l'heure déroulées dans le calme. "Nous ne sommes pas seulement inquiets pour les femmes", a déclaré l'une des organisatrices de la marche de Sydney, Mindy Freiband. "Nous pensons que de nombreuses personnes sont menacées par le genre de mesures" dont a parlé Donald Trump au cours de sa campagne.

Cette "Marche des femmes" devrait culminer à Washington, où 200'000 personnes sont attendues sur l'esplanade devant le Capitole, là même où le milliardaire a été intronisé 45e président des Etats-Unis.

 

Cette mobilisation relève d'un simple appel posté sur Facebook qui a fait tache d'huile. Il émane d'une grand-mère, Teresa Shook, avocate à la retraite vivant jusque-là dans un anonymat paisible à Hawaï.