Australie: huit frères et soeurs massacrés

Un garçon de 20 ans a découvert les corps sans vie de ses huit frères et soeurs, âgés de 18 mois à 15 ans, dans leur maison de Menoora dans le nord-est de l'Australie. Leur mère a été retrouvée blessée.

19 déc. 2014, 07:16
Un couple de voisins a décrit un quartier difficile marqué par l'alcoolisme et la violence.

Les corps de huit enfants âgés de 18 mois à 15 ans, ainsi qu'une femme blessée, ont été découverts vendredi dans une maison près de Cairns en Australie, a annoncé la police. Les médias locaux affirment qu'ils ont été poignardés.

Trois jours après la sanglante prise d'otages de Sydney qui a endeuillé le pays, le Premier ministre Tony Abbot a immédiatement réagi, estimant que l'Australie vit "des jours difficiles (...) "Ce soir, le pays versera des larmes et dira des prières" après ce "crime innommable", a-t-il déclaré, cité dans un communiqué.

"Les enquêteurs de Cairns ont lancé une enquête sur la mort de huit enfants ce matin", a déclaré la police australienne. Une femme de 34 ans a été retrouvée blessée dans la maison du drame, à Menoora, à 10 minutes du centre de Cairns (nord-est). Elle se trouve dans un état stable et est entendue par les enquêteurs.

Selon sa cousine Lisa Thaiday, la femme est la mère des enfants. Ces derniers ont été découverts par leur frère aîné, âgé de 20 ans, a-t-elle ajouté, citée par l'agence de presse australienne.

Les chaînes d'information diffusent des images d'une maison de plain-pied dans un quartier verdoyant de Menoora. Une femme noire était emmenée sur un brancard dans une ambulance.

Plusieurs médias australiens rapportent que les enfants sont morts de coups portés à l'arme blanche. Le quotidien local "Cairns Post" croit savoir qu'ils ont également été étouffés. La police n'a pas confirmé ces informations.

Présentatrice en larmes

Le compagnon de la femme blessée, qui ne serait pas le père des enfants, vit au même domicile, selon Sky News Australia, dont la présentatrice a fondu en larmes à l'annonce de ce fait divers.

Un officier de police locale, l'inspecteur Bruno Asnicar, a tenu à rassurer la population. Il a laissé entendre que les enquêteurs ne recherchent pas un meurtrier en fuite, sans pour autant émettre d'hypothèse quant à son identité.

"La population ne doit pas s'inquiéter au-delà du fait qu'il s'agit d'un événement tragique", a-t-il déclaré au cours d'une conférence de presse. "La situation est sous contrôle pour le moment".

Un quartier difficile

Un journaliste du "Cairns Post" interrogé par la chaîne de télévision ABC a souligné qu'une forte population indigène réside dans le quartier. "Tout le monde ici a un lien de parenté avec les personnes impliquées" dans le drame, a-t-il expliqué.

"Les gens sont effondrés. Ils nous disent aussi qu'elle (la femme blessée) était une mère très fière qui aimait profondément ses enfants et qu'elle était très, très protectrice". Un couple de voisins a décrit un quartier difficile marqué par l'alcoolisme et la violence.