Attentats de Paris: quatre suspects interpellés en Autriche

Le parquet autrichien a annoncé jeudi mener des investigations "très complexes" concernant deux Algériens, un Pakistanais et un Marocain. Ces personnes sont soupçonnées d'être liées aux auteurs des attentats du 13 novembre.

18 févr. 2016, 17:51
Les suspects arrêtés parmi des migrants sont soupçonnés d'être liés aux auteurs des attentats djihadistes du 13 novembre à Paris.

Le parquet autrichien a annoncé jeudi mener des investigations "très complexes" concernant deux Algériens, un Pakistanais et un Marocain. Ces personnes arrêtées en décembre à Salzbourg parmi des migrants sont soupçonnées d'être liées aux auteurs des attentats djihadistes du 13 novembre à Paris.

Un Algérien de 28 ans et le Pakistanais, âgé de 34 ans, ont été arrêtés le 10 décembre dans un hébergement de réfugiés. Selon l'enquête, ils avaient débarqué le 3 octobre en Grèce parmi un groupe de réfugiés, en compagnie de deux futurs auteurs des attentats de Paris.

Contrairement à ceux-ci, ils avaient été retenus durant "environ 25 jours" en Grèce après avoir attiré l'attention avec de faux passeports syriens. Le 18 décembre, la police autrichienne a aussi arrêté à Salzbourg un Marocain de 25 ans, ainsi qu'un second Algérien, âgé de 40 ans, soupçonnés d'être en "contact étroit" avec les deux précédents.

Tous les quatre sont des membres présumés "de l'organisation terroriste Etat islamique (EI)", qui a revendiqué les attentats de Paris. Ils se trouvent en détention provisoire, précise le parquet.

Aucun des suspects n'a toutefois reconnu à ce stade avoir eu des "projets concrets d'attentats", souligne cette source. Une fin des investigations, "très complexes", n'est pas en vue à court terme.

Deux autres djihadistes

Le parquet de Salzbourg mène par ailleurs, dans des dossiers distincts, des enquêtes sur deux autres djihadistes présumés. Il n'y a cependant les concernant aucune "indication sur un lien avec des attentats prévus ou commis".

Deux des neuf auteurs directs des attentats qui ont fait 130 morts à Paris le 13 novembre sont arrivés du Moyen-Orient avec le flux de réfugiés dans les semaines qui ont précédé les faits. La police est toujours sans nouvelle du Français Salah Abdeslam, suspect-clé.