Attentat en Isère: l'auteur nie toute motivation religieuse

L'auteur présumé de l'attentat commis vendredi dans l'Isère a déclaré n'avoir eu aucune motivation religieuse et ne pas être un djihadiste, alors que l'enquête fait apparaître un lien avec un Français parti en Syrie. Il a évoqué des problèmes personnels.
07 août 2015, 15:34
epa04820981 Police continue investigations at the scene of a suspected Islamist attack, outside the Air Products factory in Saint-Quentin-Fallavier, southern France, 27 June 2015. One person was beheaded and two injured in the attack on the fortified plant of US chemical company Air Products in Saint-Quentin-Fallavier. The attack on a French chemicals factory is 'of a terrorist nature,' said French President Francois Hollande, adding that the 'intention leaves no doubt, it was to cause an explosion.'  EPA/SEBASTIEN NOGIER

L'homme de 35 ans est entendu dans les locaux de la sous-direction anti-terroriste de la police judiciaire, près de Paris, depuis son transfert de Lyon dimanche soir. Devant les enquêteurs, il a invoqué non des motivations religieuses, mais des problèmes personnels, a-t-on expliqué de source au fait du dossier.

Il a parlé d'une dispute avec sa femme la veille de l'attaque menée sur le site d'Air Products. Il a également reconnu une dispute avec son employeur le 24 juin, au sujet d'une palette de matériel informatique qu'il avait fait tomber. Le corps de cet homme de 54 ans a été retrouvé décapité sur le site d'Air Products à Saint-Quentin Fallavier, où le suspect a été interpellé.

L'accusé avait été fiché par le renseignement entre 2006 et 2008 pour "radicalisation". Il a été à nouveau suivi entre 2011 et 2014 pour des liens avec la mouvance salafiste dans la région de Lyon.

L'homme a en outre mis en scène la mort de son patron, se prenant en photo avec la tête de celui-ci, qu'il avait accrochée à un grillage et entourée de deux drapeaux portant comme inscription la "chahada", la profession de foi des musulmans. Les enquêteurs ont identifié le destinataire de la photo comme étant un Français parti en Syrie en 2014 et qui se trouverait à Raqqa, dans le nord du pays.