Appel contre la relaxe de Villepin

30 janv. 2010, 11:21

Le parquet de Paris a décidé hier de faire appel du jugement de l'affaire Clearstream. Dominique de Villepin, l'ancien premier ministre français qui avait été blanchi la veille par le Tribunal correctionnel de Paris, devra faire face à un deuxième procès.

L'ancien premier ministre a aussitôt accusé Nicolas Sarkozy, partie civile dans le procès, d'avoir fait pression sur le parquet par «acharnement» et par «haine». Il a même affirmé sur Canal+ que la décision de faire appel avait été prise à l'Elysée, citant des «fonctionnaires de la présidence de la République».

Son avocat, Me Olivier Metzner, a dénoncé sur France Info «une décision politique». «Cela montre que Nicolas Sarkozy, contrairement à ses affirmations, continue un combat contre Dominique de Villepin», a-t-il dit. Un second procès se tiendra fin 2010 ou plus vraisemblablement début 2011, alors que les états-majors politiques se mettront en ordre de bataille pour l'élection présidentielle de 2012.

Le procureur Jean-Claude Marin avait requis à l'audience une peine de 18 mois de prison avec sursis et 45 000 euros (plus de 66 000 francs) d'amende à l'encontre de Dominique de Villepin. «Ce qui m'apparaît, c'est que le tribunal n'a pas tiré toutes les conséquences de ce qu'il a entendu, et qu'il reste encore une part de vérité à faire émerger. Tout n'a pas été dit dans cette affaire», a-t-il expliqué en ajoutant que, «de manière un peu surprenante», le jugement ne condamne pas Dominique de Villepin. Il assure ne pas avoir obtempéré à un ordre de l'Elysée. «Le Ministère public ne fait pas appel pour des intérêts de particulier. Je n'ai pas besoin de recevoir des instructions de quiconque pour faire appel», a-t-il dit. Sarkozy ne sera pas représenté en appel. /ats-afp

Appel contre la relaxe de Villepin