Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

A Rome, la messe est loin d’être dite

Virginia Raggi, candidate du Mouvement 5 Etoiles est au firmament et pourrait remporter les prochaines élections à la mairie de la capitale. Mais sondages et électeurs restent volatils, et un scandale impliquant son parti la menace.

18 mai 2016, 01:09
The candidate of the 5-Star Movement for Mayor of Rome, Virginia Raggi, arrives at the Italian National Olympic Committee headquarters for a private meeting with the President Giovanni Malago', in Rome, May 9, 2016. Raggi said she is maintaining her opposition to Rome's bid for the 2024 Olympics. (Maurizio Brambatti/ANSA via AP Photo) ITALY OUT ITALY ROME 2024 BID MAYOR

Rome

Frédérique Dupont

A moins de trois semaines des élections municipales (5 juin), les quinze candidats à la mairie de Rome focalisent leur campagne sur les sept grandes plaies qui saignent la capitale italienne depuis des années. Sept plaies comme les sept rois de Rome ou les sept collines de la capitale italienne: un gigantesque défi pour le ou la prochain(e) maire.

Il lui faudra notamment résoudre les problèmes de la voirie: routes mal entretenues, particulièrement dangereuses pour les automobilistes et les piétons avec leur multitude de nids de poule et un réseau d’éclairage public approximatif. Puis, la question des transports en commun (insuffisants), celle des ordures, notamment dans les banlieues, et le problème du manque d’habitations. Enfin, il y a l’endettement de la Ville éternelle (estimé à 14 milliards d’euros, dont une grande partie en intérêts bancaires), l’inefficacité des grandes entreprises municipales et la corruption.

Corruption tous azimuts

Ce...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias