Votre publicité ici avec IMPACT_medias

L'heure de Sebastian Vettel a enfin sonné en Malaisie

Sebastian Vettel a enfin gagné cette saison. Grand dominateur du début d'exercice (56 tours en tête sans gagner au final!), mais frustré par des ennuis mécaniques à Bahreïn et en Australie, l'Allemand et sa Red Bull se sont imposés dimanche lors du Grand Prix de Malaisie de Formule 1.

06 avr. 2010, 11:03

Sebastian Vettel a devancé son coéquipier Mark Webber (Aus) et l'Allemand Nico Rosberg (Mercedes). Sébastien Buemi (Toro Rosso) a terminé onzième.

La hiérarchie sur la grille de départ, à la suite d'essais qualificatifs disputés sous la pluie, promettait beaucoup. Les spectateurs malaisiens n'ont pas été déçus! Entre la folle remontée de Lewis Hamilton (GB, Mercedes) - parti 20e et 6e sous le drapeau à damier -, les bagarres dans le peloton mettant notamment aux prises Sébastien Buemi aux Ferrari de Felipe Massa et de Fernando Alonso en début de relais, ainsi que la démonstration de force des Red Bull, tous les ingrédients d'un superbe spectacle ont été réunis à Sepang.

Après ses déboires à Melbourne et Sakhir, Sebastian Vettel n'a cette fois pas laissé passer l'occasion de remporter sa première victoire de la saison, la sixième de sa carrière. Il revient en force au classement du championnat du monde. Le jeune Allemand, parti de la troisième position, a réussi un envol de rêve, avant de contenir à merveille les rares velléités de son coéquipier. Fragiles lors des deux premiers Grand Prix, les Red Bull ont cette fois largement dominé le reste du plateau, et ce jusqu'au bout.

Le grand retour de Michael Schumacher en F1 est plus compliqué que prévu. Alors que le septuple champion du monde allemand et sa Mercedes se rêvaient au plus vite aux avant-postes, le début de l'exercice 2010 est décevant. Sixième en ouverture à Bahreïn, puis dixième en Australie, «Schumi» a cette fois dû abandonner après dix tours en raison d'un souci à une roue arrière.

Handicapé par une - mauvaise - stratégie à deux arrêts aux stands, Sébastien Buemi a été, une fois n'est pas coutume, dominé par son coéquipier Jaime Alguersuari. «Après un bon départ, j'ai eu des problèmes sur mon aileron avant à la suite d'une touchette avec Kobayashi», s'est plaint le Suisse. «Après être rentré aux stands, j'ai enfin pu faire quelques tours vraiment très rapides.»

L'Espagnol Alguersurari, neuvième et auteur notamment d'un dépassement de toute beauté aux dépens de Niko Hülkenberg (All, Williams) au 31e tour, a marqué les deux premiers points de sa carrière vieille de onze Grand Prix seulement. «Merci à toute l'équipe, je suis très heureux d'avoir ‹scoré› aujourd'hui», a lancé le Barcelonais. /si

Votre publicité ici avec IMPACT_medias