Le Parlement jurassien pour un moratoire fédéral sur les réseaux 5G millimétriques

Les députés jurassiens ont adopté ce jeudi une motion demandant aux Chambres fédérales d’établir un moratoire sur l’implantation des réseaux mobiles 5G millimétrique.
01 oct. 2020, 12:15
Les parlementaires jurassiens aimeraient appliquer le principe de prudence vis-à-vis des antennes 5G (image d'illustration).

Le Parlement jurassien préconise un moratoire fédéral sur l’implantation des réseaux mobiles 5G millimétrique. Il a adopté jeudi par 37 voix contre 13 et 6 abstentions une motion interne demandant aux Chambres fédérales d’édicter ce moratoire dans l’attente d’une vue d’ensemble de l’exposition de la population au rayonnement.

Pour les députés jurassiens, il faut donc appliquer le principe de prudence. Faisant usage du droit d’initiative du canton en matière fédérale, le Parlement demande également aux Chambres fédérales d’associer les cantons et les communes à la planification de la couverture des différents réseaux sur leur territoire.

La motion interne invite aussi Berne à réaliser un cadastre national des ondes, en collaboration avec les cantons. Pour le Parlement, les citoyens doivent être informés de l’évolution de cette technologie. Il suit ainsi le Grand conseil neuchâtelois qui a déjà demandé un tel moratoire en début d’année.

Le moratoire demandé par le canton du Jura au niveau fédéral concerne la 5G millimétrique, à savoir les antennes utilisant des très hautes fréquences (onde millimétrique) pour augmenter la puissance. Aujourd’hui, la 3G, 4G et le wifi fonctionnent jusqu’à 5GHz. La 5G millimétrique est comprise entre 15 et 20 GHz.

Principe de précaution

«Il n’y a aucun recul concernant les impacts sur le monde vivant exposé aux rayonnements non ionisants», a souligné la députée Géraldine Beuchat (PCSI) en défendant cette motion interne. «Le principe de précaution prend dès lors tout son sens», a ajouté l’élue.

Le Gouvernement jurassien a apporté son soutien à la motion. Le ministre de l’environnement David Eray a affirmé qu’il était utile d’anticiper l’évolution de la technologie plutôt que de devoir réagir avec un temps de retard. Au vote, seul le groupe UDC a finalement refusé le texte.

Toujours à propos de la 5G, le Parlement a rejeté par 28 voix contre 15 et 18 abstentions une motion des Verts demandant au Gouvernement d’étendre le moratoire cantonal aux adaptations à la 5G d’antennes existantes. La majorité des députés ont estimé que ce texte n’était pas applicable et n’avait pas de portée juridique.