Le canton du Jura se dote d’un plan pour lutter contre les violences domestiques

Le canton du Jura se dote de son premier plan cantonal de lutte contre les violences domestiques. Calqué sur les exigences de la Convention d’Istanbul, ratifiée en 2017 par la Suisse, il comprend sept axes d’intervention, dont un projet de loi cantonale.
25 sept. 2020, 11:01
Le canton du Jura va préparer une loi pour lutter contre les violences conjugales. (Image d'illustration)

Parmi les points centraux du plan d’action figurent une approche globale et intégrée de la violence, la question des enfants exposés à la violence, la protection des victimes, la prise en charge des auteurs, la formation des professionnels en la matière ainsi que l’information, la sensibilisation, la prévention et l’aide aux migrants, a indiqué vendredi le canton dans un communiqué.

L’élément fort de ce plan est l’élaboration d’une loi cantonale de lutte contre les violences domestiques, soulignent les autorités. La déléguée à l’égalité entre femmes et hommes «s’est réjouie de la récente décision du Parlement jurassien en faveur d’une telle loi», déjà en vigueur dans les cantons de Genève, Neuchâtel, Valais et Vaud.

Budget augmenté

Ce texte «permettra de renforcer la coordination des différentes unités administratives œuvrant à lutter contre la violence domestique et à accroître la protection des victimes». Un groupe de travail vient de se constituer pour s’atteler à la tâche.

A lire aussi: Le Jura veut mieux protéger les victimes de violences conjugales

Le Gouvernement jurassien a décidé d’allouer au bureau de la déléguée un supplément budgétaire sur quatre ans permettant la réalisation des différentes mesures de sensibilisation et prévention prévues dans le plan.

En novembre, une formation en collaboration avec l’Hôpital du Jura sera dispensée au personnel soignant. Elle aura pour thème le «Devoir de signalement des cas de violences et devoir du secret de fonction». D’autres actions de sensibilisation se poursuivront en 2021, avec notamment la sortie de capsules vidéo sur le harcèlement sexuel au travail.

Une exposition publique, itinérante et interactive – «Plus fort que la violence» - destinée en premier lieu aux jeunes du secondaire et du tertiaire, sera en outre visible durant un mois dans le canton.