La "Starfleet Machine" de L'Epée et MB&F fonctionne 40 jours sans arrêt. Sur terre aussi.

Encore une pièce extraordinaire présentée à Baselworld: une horloge en forme de vaisseau spatial réalisée conjointement par MB&F, laboratoire d'expériences horlogères, et la manufacture L'Epée à Delémont. Ah, et c'est aujourd'hui que s'ouvre le salon bâlois!
07 août 2015, 13:32
Une horloge de table dotée d'une réserve de marche de 40 jours: exceptionnel. Pas seulement pour son design...

Indicateurs en forme de soucoupes cosmiques et des secondes rétrogrades à canons-laser: la "Starfleet Machine" que présentent MB&F et L'Epée aurait sa place dans un vaisseau de Star Trek. L'expérimentateur de machines horlogères époustouflantes, Maximilian Büsser, avait annoncé pour Baselworld un nouvel objet à nul autre pareil. C'est réussi avec cette horloge de table en forme de vaisseau intergalactique qui affiche les heures, les minutes, la double seconde rétrograde et la réserve de marche. Son mouvement a une autonomie rarissime de 40 jours. Normal pour les longs voyages dans l'espace, indique le dossier de presse en guise de clin d'oeil.

Difficile de comprendre comment fonctionne le mouvement de cet objet spatial, n'ayant pas encore trouvé de vidéo disponible et ne l'ayant pas encore vu en vrai. D'ailleurs, Baselworld ne s'ouvre au public que ce jeudi  matin! Mais il y a une histoire de canons qui se croisent et qui repoussent les attaques ennemies. L'Epée n'a pas hésité à relever le défi lancé par Max Büsser, qui voulait  «au mépris du danger, reculer l’impossible» selon le mot d’ordre de la mission Startrek. « Le concept m’a époustouflé », déclare le CEO de L'Epée Arnaud Nicolas, cité dans le dossier de presse. « Comme Max, je suis fan de science-fiction. Quand MB&F nous a approchés, il était évident d’accepter le challenge. »

175 pièces seront fabriquées par la manufacture jurassienne, fondée en 1839 et qui est aujourd’hui la dernière entreprise spécialisée dans la production d’horloges haut de gamme en Suisse. Et pour la petite histoire, en 1976, quand le Concorde a commencé ses premiers vols commerciaux, L’Epée avait été choisie pour équiper les cabines d' horloges murales.

Promis, dès qu'on met la main sur une vidéo, on l'ajoute...