Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

«Je ne suis pas un pleurnichard»

Le point quatre mois après l’incendie de la ferme Gigon.

22 déc. 2015, 01:03
DATA_ART_9737157

Le 7 août, un violent incendie faisait disparaître la ferme d’Etienne Gigon, au Creux-des-Biches, entre Les Bois et Le Noirmont. Littéralement partie en fumée, la ferme avait laissé son propriétaire sur le carreau et ses bêtes sans toit pour l’hiver. Les collègues du paysan ainsi qu’un élan de solidarité des Francs-Montagnards ont permis à ce charismatique agriculteur de «garder la tête sur les épaules», comme il le dit lui-même.

Quatre mois après les faits, Etienne Gigon a accepté de nous ouvrir les portes de son appartement – dont il vient à peine de terminer les rénovations – et de nous parler de comment il «s’est relevé tout en gardant la tête haute».

Trop de curieux

«Ce qui est étrange avec un incendie, c’est que les dégâts les plus importants sont ceux causés par l’eau. Il a fallu plus de deux mois pour débarrasser tout le...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias