Delémont: l’individu arrêté sur le campus risque trois ans

L’homme qui a créé l’émoi jeudi après-midi sur le Campus Strate J à Delémont (JU) a été remis en liberté. Un important dispositif policier avait été déployé, l’individu étant interpellé hors du bâtiment, sans opposer de résistance.
06 oct. 2017, 17:16
L’arrestation avait eu lieu sur le Campus Strate J à Delémont.

«Il y a eu plus de peur que de mal», a indiqué vendredi matin le procureur Nicolas Theurillat. «Arrêté après les faits, l’homme a été liberé le soir même».

La police jurassienne a dû intervenir jeudi sur le campus delémontain Strate J après qu’un individu, proférant des menaces, ait été signalé. Un important dispositif policier était alors déployé vers 13h45. L’individu était interpellé vers 15h30 hors du bâtiment, sans opposer de résistance.

On ignore quelle type de menace il a pu proférer. Ce que l’on sait, c’est qu’il n’était ni professeur ni étudiant sur le campus.  Mais, l’enquête étant en cours, la police n’a pas voulu en dire plus, communiquer son âge ou indiquer s’il s’agissait d’un habitant de Delémont ou pas. «Il n’était pas du tout ivre ou sous l’emprise des stupéfiants», a toutefois précisé le procureur Nicolas Theurillat.

Aucun blessé n’a été à déplorer. Personne n’a été directement menacé. «Mais quelques étudiants ont été choqués», a précisé la police jurassienne dans un communiqué. Un soutien leur a été proposé. «Les premiers actes d’enquête ont immédiatement permis d’écarter d’éventuelles intentions criminelles ou terroristes», précisait ensuite le Ministère public jurassien. Dans son communiqué diffusé hier en début de soirée, il mentionnait «un concours de circonstances malheureuses, survenues dans un contexte tendu au vu des évènements survenus ces derniers jours sur le plan international.»

L’homme s’est rendu coupable d’une infraction à l’article 258 du code pénal, soit «menaces alarmant la population». Il risque une peine d’emprisonnement de trois années ou une peine pécuniaire.

par Sylvie Balmer