Deep Purple complet, émeute aux Franches-Montagnes!

L'annonce il y a une semaine comme quoi les 7000 billets pour Deep Purple s'étaient écoulés en dix jours en ont pris de court plus d'un. Les organisateurs ont un moment pensé à remettre des tickets en circulation, afin de calmer la grogne de nombreux habitués du Chant du Gros. Mais ils ont finalement renoncé. Explications du boss du festival, Gilles Pierre.
02 août 2015, 18:47

Gilles Pierre, vous attendiez-vous à un tel raz-de-marée?

Deep Purple est certes un groupe mythique qui a vendu quelque 130 millions d'albums. Mais on ne pensait pas qu'il aurait autant d'impact.

Les 7000 billets - 6000 à l'unité, 1000 abonnements - sont partis comme des petits pains...

Nous avons vendu 2000 billets le premier jour de la prélocation. Très peu chez Ticket Corner. Ce sont surtout les points de vente régionaux qui les ont écoulés. Ça a marché très fort sur Delémont. Les gens du coin se sont aussi bougés. Si ça avait été le contraire, nous aurions stoppé les ventes.

Reste que depuis une semaine, il y a bien des déçus...

C'est un peu l'émeute aux Franches-Montagnes! Des personnes sont venues nous dire: «Mais nous, qui sommes du village du Noirmont, on peut quand même avoir un billet, hein?» Eh bien non! Cette soirée du 11 septembre à guichets fermés va froisser passablement de gens de la région, des habitués du festival. Qui ne s'en vanteront toutefois pas! Car je demeure persuadé que la moitié des détenteurs de billets mettront les pieds pour la première fois au Chant du Gros.

Et ce n'est tout de même pas leur faute, non?

Absolument pas! J'ai comme l'impression que les acheteurs se sont organisés en effectuant des achats groupés. Au travail par exemple, une personne a été désignée pour aller faire les commissions. C'est pour cette raison que des billets sont partis par lots de 20, voire de 25.

Cela ne sent-il pas aussi le marché noir à plein nez?

Il y aura des billets qui vont se vendre cher. Mais cette pratique, que nous déplorons, existe toujours lors de grands événements.

Avez-vous envisagé de remettre des billets en vente?

Un moment donné, on s'est dit: «On fait quoi? On met en circulation 2000 billets supplémentaires? Mais nous sommes confrontés à trois incertitudes. Premièrement, vu que les enfants de moins de 16 ans accompagnés ne paient pas, combien seront-ils? 500? 800? Deuxièmement, combien de bénévoles assisteront au concert? 500? Enfin, il est toujours délicat de juger le nombre des invités. Nous sommes partis sur un millier. Cela signifie que le vendredi soir, il devrait y avoir en gros 9500 personnes dans l'enceinte du festival. A partir de ce constat, on a dit stop. Il faut tenir compte des capacités des cantines, des sanitaires. Et du problème des entrées, qui n'est pas moindre. Avec 10 colonnes, il nous font au bas mot une heure et demie pour faire pénétrer 10 000 personnes. Et sans la fouille!

Le confort des spectateurs?

Chacun pourra assister au concert dans de bonnes conditions. Quand une personne est contente, elle le dit à trois autres. A l'opposé, elle ne se gênera pas de se plaindre auprès de cinquante personnes.

Conclusion?

On a mis dix jours pour liquider 7000 billets. L'année prochaine, ce sera cinq. Et dans deux ans, à l'occasion de la 20e édition, tout partira en une heure. Comme à Paléo! /GST