Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Davantage d'arnaques sur le net, la police et la justice jurassiennes sensibilisent

Ces dernières semaines, de plus en plus d'escroqueries ont été recensées concernant la vente d’objets sur internet. Face à cette recrudescence, la police cantonale et le Ministère public jurassiens souhaitent sensibiliser la population.

09 déc. 2015, 08:54
/ Màj. le 09 déc. 2015 à 09:30
Les arnaques en ligne en recrudescence.

Ces dernières semaines, de plus en plus d'escroqueries ont été recensées concernant la vente d’objets sur internet, ont constaté la police cantonale et le Ministère public jurassiens. "Des annonces douteuses sont mises en ligne sur des sites de vente entre particuliers, principalement sur le site de vente en ligne Ani Face à cette recrudescence, ils ont décidé de sensibiliser la population.

Comment peut se présenter une arnaque sur le net?

L'acheteur repère une annonce intéressante pour un objet à un prix qu'il estime correct. Lorsque le futur acquéreur prend contact avec le vendeur, ce dernier légitime son annonce en envoyant une copie d’une pièce d’identité qu’il prétend être la sienne. Ensuite, une copie de la carte d’identité de l’acheteur est demandée, probablement pour l’utiliser frauduleusement lors d’une prochaine vente ou pour essayer d'ouvrir d'éventuels comptes bancaires au nom du lésé.

Le vendeur propose la livraison via une compagnie de transport internationale fictive ou par l'envoi par colis postal au domicile de l'acheteur. La livraison est garantie à une date donnée, mais débute lorsque le paiement est reçu. En général, un numéro de colis fictif est fourni pour le suivi de l’envoi. Une fois le paiement effectué, la marchandise n’est pas livrée et le vendeur ne répond plus aux courriels de l'acheteur. Ce n'est que quelques jours plus tard, ne voyant pas la marchandise arriver, que l'acheteur s'aperçoit de l'arnaque. Le paiement était effectué, il lui est impossible de récupérer son argent puisque l'argent aura transité sur un compte à l'étranger.

Quels conseils pour éviter de se faire avoir?

•    Ne pas entrer en matière si un soi-disant fournisseur d'accès vous demande de lui communiquer des données personnelles (nom d'utilisateur et mot de passe de la messagerie Internet, date de naissance, copie de carte d’identité, numéro de téléphone portable, etc.).
•    Ne verser en aucun cas de l'argent à une personne avant d'avoir effectué les contrôles nécessaires. Une vérification par contact téléphonique vocal peut permettre de vérifier l'existence de la personne cocontractante, tout comme la proposition de retirer la marchandise au domicile du vendeur. Les montants visés peuvent varier d'une centaine de francs à plusieurs milliers. 

 

 

Votre publicité ici avec IMPACT_medias