Marathon: Maja Neuenschwander veut garder la tête froide

Avec sept athlètes au départ ayant déjà couru en moins de 2h20', le marathon féminin (dimanche dès 11h heure suisse)sera le plus relevé jamais disputé. La tâche s'annonce rude pour la Bernoise Maja Neuenschwander, qui tentera de garder la tête froide et de ne pas trop se laisser porter par l'ambiance, au risque de se «griller».

04 août 2012, 20:20
Maja Neuenschwander est prête pour le départ du marathon olympique.

La grande dame du marathon, la recordwoman du monde Paula  Radcliffe (GB), a dû déclarer forfait sur blessure mais  l'enthousiasme du public britannique pour le marathon ne devrait  guère être douché pour autant. Un nouveau match Kenya-Ethiopie se  dessine, avec sans doute un «grand chrono» à l'arrivée puisque les courses tactiques ne sont plus guère à l'ordre du jour depuis que  l'Afrique a pris le pouvoir.  

Gagnante du marathon de... Londres en avril dernier, la Kényane Mary Keitany part favorite. Sa démonstration, toute en crescendo, sur les bords de la Tamise il y a quatre mois fut impressionnante: une deuxième moitié de course en 67'44, un dernier 10 km en 31'30  et un temps final en 2h18'37.... Ses compatriotes Edna Kiplagat,  Championne du monde en titre, et Priscah Jeptoo sont plus que des outsiders. Les Ethiopiennes seront emmenées par Tiki Gelana (record à 2h18'58) et Aselefech Mergia (2h19'31).  
Que peut espérer Maja Neuenschwander (record à 2h31'54, en avril dernier à Zurich)? «Je ne dois pas me laisser perturber par le contexte et éviter de partir trop vite. Je veux courir intelligemment et j'espère rattraper de nombreuses coureuses sur la  fin», explique la protégée de Sandra Gasser. A 32 ans, Maja Neuenschwander est arrivée à maturité. Elle est dans sa meilleure forme, effectuant des semaines d'entraînement jusqu'à 200 km (13  séances hebdomadaires) tout en travaillant à 70 % comme enseignante dans un gymnase bernois.  
Elle a pris récemment un congé non payé pour se préparer et vivre au mieux son rêve, matérialisé par ce marathon olympique. «Je  suis prête», dit-elle.