1er août: feu d'artifice ou coup d'épée dans l'eau?

Hasard du calendrier olympique, la délégation suisse vivra une journée décisive en ce mercredi 1er août. Fabian Kauter, Max Heinzer, Mike Kurt ou le malheureux Fabian Cancellara sauront-ils faire oublier les débuts difficiles de la sélection helvétique à Londres?

30 juil. 2012, 18:45
Le jour de la fête nationale s'annonce crucial pour Swiss Olympic.

Les déceptions se sont enchaînées dans le camp suisse depuis le début de la grand-messe du sport estival. Premier médaillé suisse à Pékin en 2008, Fabian Cancellara a cette fois-ci plombé l'ambiance en chutant lourdement dans la course en ligne samedi alors qu'il semblait capable d'aller chercher l'or.

La gymnaste Giulia Steingruber, qui pouvait rêver de médaille au saut, et le nageur Dominik Meichtry, 7e du 200 m libre des Mondiaux 2011 et 6e aux JO 2008, ont ensuite échoué aux portes de la finale dans leur discipline de prédilection.

Le jour de la fête nationale s'annonce donc crucial pour Swiss Olympic, qui organisera d'ailleurs une conférence de presse le lendemain matin pour tirer un bilan intermédiaire après cinq journées de compétition seulement! Les temps forts s'enchaîneront. Et les athlètes seront forcément sous pression en cette journée bien particulière.

Un successeur pour Marcel Fischer?

Champion en titre du contre-la-montre, Fabian Cancellara (31 ans) devait être le garant du succès helvétique en ce 1er août. Meurtri dans sa chair et frustré de ne pas avoir su parachever le travail formidable de ses équipiers, le Bernois n'est pas certain de pouvoir défendre réellement ses chances sur sa discipline de prédilection. Et même en pleine possession de ses moyens, Spartacus aurait bien du mal à priver d'or le vainqueur du Tour de France  Bradley Wiggins.

Les épéistes Fabian Kauter (26 ans) et Max Heinzer (24 ans) sont les plus à même de prendre le relais de Fabian Cancellara. Respectivement 3e des championnats du monde 2011 et 3e des Européens 2012 en individuel, les deux compères ont les épaules suffisamment larges pour se frayer une chemin jusqu'au podium, huit ans après le sacre de Marcel Fischer. Ils peuvent même rêver d'une finale fratricide.

Kurt comme Aschwanden?

A 32 ans, Mike Kurt est mûr pour réaliser enfin un premier exploit. Le spécialiste de kayak mono a aisément décroché son ticket pour les demi-finales. Le Bernois avait cependant complètement craqué à Pékin et surtout à Athènes en 2004, où il avait échoué en demi-finale après avoir signé le meilleur temps des qualifications. Saura-t-il imiter le judoka Sergei Aschwanden, «bronzé» à Pékin après deux énormes déceptions vécues à Sydney en 2000 puis à Athènes?

La Suisse romande ne sera pas en reste. La judoka genevoise Juliane Robra (moins de 70 kg), double médaillée de bronze européenne, évoluera sans trop de pression et peut espérer créer l'exploit. A 29 ans, elle doit pouvoir faire parler son expérience, même si elle dispute ses premiers Jeux olympiques.