Réservé aux abonnés

Une performance très pince-sans-rire

Palme d’or à Cannes, le nouveau film du Suédois Ruben Östlund démontre notre incapacité à aider les autres. Une comédie grinçante.
18 oct. 2017, 00:44
DATA_ART_11598709

Révélé à Cannes avec «Play», l’histoire d’un gang d’ados qui font du racket, puis «Snow Therapy», où un homme abandonne femme et enfants face à la menace d’une avalanche, le réalisateur suédois Ruben Östlund creuse à nouveau le thème de l’individualisme forcené dans «The Square», un film-fleuve lauréat de la Palme d’or au Festival de Cannes 2017.

Bande de pickpockets

Conservateur renommé et nombriliste du X-Royal Muséum de Stockholm, Christian monte une nouvelle exposition d’art contemporain en se gonflant de discours pédants en référence à «L’esthétique relationnelle» de Nicolas Bourriaud. Un j...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois