Momies au service de la science

02 août 2015, 18:46

Un chercheur de l'Université de Zurich momifie des parties du corps humain en s'inspirant des pratiques de l'Egypte ancienne. Il espère ainsi découvrir comment l'environnement influence la conservation des tissus. Lors du projet pilote, une jambe a été plongée dans un mélange de sels. Après deux mois et demi environ, il est apparu que la momification prenait plus de temps que prévu, explique le chercheur Frank Rühli, revenant sur une information du «Tages-Anzeiger».

La recherche, soutenue par le Fonds national suisse, vise à montrer comment certains facteurs comme la température ou l'humidité influencent la conservation de tissus humains. Ce savoir pourrait ensuite être utilisé en médecine légale ou en archéologie lorsque des corps momifiés sont découverts.

Il s'agit d'un des premiers projets dans le monde où le processus de momification de corps humains est analysé de manière aussi détaillée. /ats