Zurich s'en sort mieux que Bâle

Deux des principaux aéroports de Suisse ont livré leurs statistiques pour 2009. Zurich a connu une légère baisse de voyageurs, tandis que la diminution est plus forte à Bâle.
14 janv. 2010, 12:14

L'aéroport de Zurich-Kloten, premier tarmac de Suisse, n'a vu sa fréquentation que légèrement diminuer en 2009, alors que celle de Bâle-Mulhouse a reculé de près 10 pour cent. Dans les deux cas, le fret accuse une baisse marquée. La reprise se dessine néanmoins en 2010.

Au total, Zurich a accueilli l'an passé 21 926 872 passagers, en légère baisse de 0,8% par rapport à 2008, a indiqué Unique, la société qui exploite l'aéroport. Le nombre de mouvements aériens (décollages et atterrissages) a par contre diminué de 4,7% sur l'année.

Confortant la position de plaque tournante («hub») de Kloten, le trafic de transit a soutenu la fréquentation (+3,2% à 8 008 278 passagers), relève le communiqué. Le nombre de voyageurs locaux est en revanche en baisse de trois pour cent, à 13 833 504.

La fin de l'année s'est traduite par une amélioration sensible de la fréquentation. Sur le seul mois de décembre, Kloten a accueilli 1 726 373 personnes, soit une hausse de 7,2% par rapport à décembre 2008, époque à laquelle la crise commençait à se faire sentir. Les passagers en transit ont progressé de 8,1% à 673 752. Les mouvements aériens se sont eux aussi légèrement accrus de 0,8% à 20 430 en décembre.

Par compagnie aérienne, Swiss a encore gagné deux points de pourcentage de part de marché (à 59%), en transportant 418 000 passagers de plus l'an passé qu'en 2008. Emirates s'inscrit en deuxième position, gagnant 67 000 passagers, suivie d'EasyJet (+ 66 000) et d'Aer Lingus (+ 60 000).

Les volumes de fret sont par contre en nette diminution sur l'année écoulée, en baisse de 11,2% à 344 415 tonnes de marchandises transportées. Mais en décembre, les volumes ont bondi de 22%, traduisant un véritable redressement.

L'EuroAirport (EAP) de Bâle-Mulhouse, troisième tarmac de Suisse derrière Genève, a dévoilé des chiffres moins flatteurs, avec une fréquentation en baisse de 9,6% à 3 854 724 passagers sur l'année. Le recul est sensiblement supérieur aux prévisions de la direction, qui tablait sur une baisse d'un pour cent seulement au début de 2009.

Les vols de ligne, qui constituent l'essentiel du trafic, ont enregistré un recul de 8% à 3 500 643 passagers. La chute est encore plus marquée pour les vols charter, avec un plongeon du nombre de passagers de 21% à 344 308.

La crise ne devrait pas encore être complètement résorbée en 2010. Mais le directeur de l'EuroAirport, Jürg Rämi, a indiqué aux médias qu'il tablait pour l'année en cours sur une hausse de la fréquentation d'environ 5%, grâce notamment à plusieurs nouvelles destinations. Une reprise s'est du reste déjà partiellement dessinée depuis la fin de 2009.

Londres a été la destination la plus fréquentée à partir de Bâle en 2009, avec 426 000 passagers, détrônant Paris (374 000) de sa place de numéro un. Berlin arrive en troisième position (319 000). Du côté des compagnies, Easyjet (1,5 million de passagers) est restée leader sur le tarmac bâlois, devant Air France et Swiss.

Les activités de fret ont encore plus souffert que celles du transport de passagers en 2009: le volume de marchandises transportées a reculé de 16,1% à 84 850 tonnes.

Les mouvements aériens sont également en baisse. Le nombre de décollages et d'atterrissages s'est inscrit en baisse de 7,6% à 74 992 l'an dernier.

L'Aéroport international de Genève, qui n'a pas encore publié ses statistiques, s'attend pour sa part à une fréquentation en recul de 2% à 11,2 millions de passagers. La reprise, qui pointe depuis juillet, s'est néanmoins accélérée à l'automne, a déclaré en décembre dernier dans un entretien son directeur, Robert Deillon. /ats